:: Retour au bercail ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Gundam Neo Generation -> Europe
 
Ratach Osis
CTA
CTA

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2012
Messages: 815
Localisation: 44°50′25″ Nord 0°34′49″ Ouest
Masculin
Gène: Naturel
Vaisseau: Non affecté
Niveau de pilote: 2
Appareil actuel: Sandrock
Poste: pilote de MS/contact
Grade: Capitaine
Lien vers présentation: URL
Lien vers hangar: URL

Posté le: Dim 19 Juil 2015 - 22:01
Sujet du message: Retour au bercail
Répondre en citant

Ratach posa enfin le pied sur le sol de la sainte mère Russie. Cela faisait longtemps qu'elle n'était pas revenu dans son pays. Le vol de retour ne fut pas de tout repos. Le savons du capitaine avait fait son effet et elle avait était consigné dans ses quartier une bonne partie du vol. le reste de la traverser fut consacrée a l’étude des plans des méchas qu'elle avait récupéré chez zaft. Les techniciens du bort était comme des gosses a qui on offraient un nouveau jouet. Ces plans égalé du pain bénit pour eux. Comme la jeune russe avait vu les prototypes et en piloter un autant dire qu'ils l'avait réquisitionnait. Le vol passa vite, du coup.


Le navire de combat du CTA la déposa a son escale a Mascate de là elle pris un avion pour rentrer en Russie avec son gundam le vol du transporteur géant ce modifie plusieurs fois a cause d'une trempette et d'un rapport sur la présence de forces hostiles.
Les périphérie prirent fin quand l'avion d'un gris uniforme, ce posa en fin sur la piste. Il faisait beau et chaud. En cette fin de matinée et la jeune femme pris le temps d'en profiter.
A vrais dire elle se trouvait désœuvré. Son ordre de mission lui disait de rentré a la base au plus vite. Mais rien ne fut prévu pour son rapatriement. Du coup c’était en profitant des différent transport qu'elle rentrer. Et maintenant qu'elle ce trouver là personne ne semblait l'attendre.
Las et fatigué elle décida de octroyer un petit joker. Elle se dirigea sur le premier téléphone libre de la baseet composa un numéro qu'elle connaissait par cœur.
Le téléphone sonna longtemps avant que celui suis ne soit décroché.


-Allo ?
-Mes respect générale Kerensky. Adjudent chef Osis au rapport.. Dit elle d'une voie joyeuse.
-Ratach, ma chérie. Je suis heureux de t'entendre. Tu vas bien ?
-Oui.
-Ou te trouve tu ?
-A la base de Rostov
-Très bien! Considéré toi en permission, et rentre a la maison. J'ai beaucoup de travail je ne peu pas te parler longtemps. J'en suis désolé. Je te retrouverais jeudi. D'ici là amuse toi.
-A vos ordres générale... heu grand père ?
-Oui.
-Je t'aime.
-Moi aussi ma petite fille. Moi aussi.


Ratach posa le combinée et sourie. Ça aller être une bonne journée en ce dimanche de juin, et elle avait quatre jour de permission. Elle rentra donc chez elle, a la grande demeure des kérensky ou elle fut accueilli par sa grand mère. Les retrouvailles furent chaleureuse. Les deux femmes avait beaucoup a se dire depuis l’année qui les avaient séparé.
Cette permission passa comme un rêve.


Dernière édition par Ratach Osis le Sam 26 Sep 2015 - 00:24; édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






Posté le: Dim 19 Juil 2015 - 22:01
Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Ratach Osis
CTA
CTA

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2012
Messages: 815
Localisation: 44°50′25″ Nord 0°34′49″ Ouest
Masculin
Gène: Naturel
Vaisseau: Non affecté
Niveau de pilote: 2
Appareil actuel: Sandrock
Poste: pilote de MS/contact
Grade: Capitaine
Lien vers présentation: URL
Lien vers hangar: URL

Posté le: Lun 27 Juil 2015 - 22:50
Sujet du message: Retour au bercail
Répondre en citant

Le jeudi matin Ratach se leva tôt. Bien qu'adulte la joie de revoir enfin son grand père l' empêchât de bien dormir, et bien que fatigué, c'est d'humeur joyeuse qu'elle ce leva, et constata avec étonnement l'heure matinale. Celui ci devait arriver en fin de mâtiné.
le soleil pointé doucement de la nuit et s’apprêtait a donner une manique aurore.
La belle femme décida d'en profiter... d'un mouvement souple et ample elle fit glisser ses draps en soie sur sa peau douce, laissant sa nudité intact. Doucement elle se leva. D'un pas souple elle se dirigea jusque a la fenêtre de sa chambre qui était rester ouverte toute la nuit affin de pouvoir profité de sa fraîcheur.


Profitant du spectacle grandiose de mère nature, Ratach réfléchit a la raison de sont retour..
Faute? Incompétence? Travail trop dangereux pour elle? Sa courte discutions téléphonique avec sont grand père ne semblait pas aller dans ce sens. Cela la rendait perplexe.


Elle sortie de sa rêverie que bien plus tard. Le soleil survolé l'horizon et le regarder n’était plus possible. Et la chaleur de rayon de l'astre réchauffé son corps de maniéré agréable. Elle se tourna pour présenter sont dos a la la lumière réconfortante et pus voir son reflet sur le miroir de sa chambre et regarda sa nouvelle coiffure. Ses cheveux rouge, bien que cela la lui aller a ravir, lui rappeler trop de souvenir,son infiltration, sa vie a zaft, sa trahison.


Des le début elle savait qu'elle ne devait pas s’attacher a ses future compagnon et qu'a tout moment elle serait amener a leur tirer dessus. Elle si était préparé.. Au moment venue, agit comme elle devait le faire. Cependant elle n’était pas une machine. Ses actes la hanté, d'autant plus que ceci était récent. Elle possédait de bons amis sur l’entreprise.. Amitié forgé sur une année. Puissante et réelle même si la base n’était que mensonge. Les personnes avec qui elle avait vécu,rie, pleurer, travailler, elles furent sincères. Ne plus jamais les voir pincé le cœur de Ratach, et savoir que dorénavant celles ci la détesté, déchira son être. Tout particulièrement quand le visage de Price apparue dans sa tête.


Le capitaine de Zaft devenu ami, modèle et avec le temps elle aurait voulu l'avoir comme mentor. Voir plus.. Nourrissait elle des désirs pour celui ci? A bien y réfléchir. Oui ! Oui Price lui faisait un certain effet. Ce fut pour ça sans doute que quand ils courbaturent l'un contre l'autre .Ratach fut si hésitante et impuissante. Faisant tout pour que cela ne termine pas en bain de sang, en vain.


Cette vie était finit. Ce n’était pas une vie de toute façon, mais un mensonge de guerre. Il n'y avait rein a regretter. c’était la guerre, elle était soldat, elle serait forte. Pour elle pour son Pays, pour sa famille.
Pour tourner la page, elle avait opté pour une nouvelle couleur, et une coiffure avec une tresse, qu'elle avait réalisé la veille avant de se couché pour se détendre. Elle n'avait pas eu le courage de la défaire. celle ci ne ressemblait plus a grand chose, vu le traitement subit pendant la nuit. Elle la dénoua rapidement , puis ce brossa sa chevelure avec la broche de sa grand mère lui avait jadis offert. Puis elle s' appliquât a faire une belle tresse, et ce dit qu'il était grand temps de se vêtir.


Elle ne mit pas quelque chose d’élégant. Bien au contraire, une simple sort kaki un soutient gorge de sport et T-shirt de l'armée lui suffirent. Simplement vêtue et pied nue elle sortie de sa chambre armée de deux épées et se dirigea dans le jardin.Il était encore tôt et la maison dormais encore. Ratach pris soin de ne pas faire de bruit. Une fois sur le gazon elle entrepris une série de passe d'arme avec ses armes. Une fois finit elle recommença plusieurs fois , puis décomposa les mouvement qui lui posé problème jusque a les maîtriser. Ses katas étaient nouveau pour elle qui était habituer a combattre a une seule lames. Désirant piloter le Sandrock a la perfection, elle devait connaître les mouvements d'attaque et de défense qui s’effectuer avec deux lames. De plus s’entraîner avec acharnement lui permettait de se concentrer sur autre chose que les questions qui lui trotté en tète. 
Revenir en haut
Ratach Osis
CTA
CTA

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2012
Messages: 815
Localisation: 44°50′25″ Nord 0°34′49″ Ouest
Masculin
Gène: Naturel
Vaisseau: Non affecté
Niveau de pilote: 2
Appareil actuel: Sandrock
Poste: pilote de MS/contact
Grade: Capitaine
Lien vers présentation: URL
Lien vers hangar: URL

Posté le: Mer 26 Aoû 2015 - 19:56
Sujet du message: Retour au bercail
Répondre en citant

Le générale Kérensky sortie de sa voiture et se trouva en face des deux femmes chers a son cœur.
La première, son épouse, une femme ridé par l'age mais souriante au yeux bleu vêtu d'un chemisier crème et d'une pantalon noir. Ses cheveux blond blanchit par l'age se balancé doucement dans la brise. Le général franchit les quelque mettre qui les séparer d'un pas sur et rapide avant de l'enlacer et de l'embrasser avec amour. Puis la regarda tendrement dans les yeux. Le vieux couple se sourie heureux de se retrouver.
Une fois cette complicité savouré Le vielle homme pris dans ses bras la deuxième. sa fille adoptive. Oui légalement Ratach était sa fille. Mais pour tout le monde dans la famille l’écart d'age poussé naturellement a les considérées comme grand père et petite fille. Et Ratach fut élevé dans cet esprits.


Le militaire regarda La jeune fille celle ci avait changé depuis l'année écouler. Plus belle plus femme et les très plus ferme cicatrice visible de sa dernière mission qui l'avait endurci un peu plus. Comme il l'avait devinait. Celle ci c’était
changer une nouvelle fois de couleur de cheveux.
Madame kérensky connaissait bien ses deux là et les pris de vitesse en les poussant amicalement ver la salle a mangé, ou la table était dressé. Ils obtempérèrent sans protester. Grand mère ne plaisanter pas avec les repas. 
Celui si fut assez joyeux et délicieux, pensez vous,salade de crudité, Rôti de port au pruneaux avec haricot vert et brocolis suivie l'incontournable glace en dessert. Ratach fut remplit de nostalgie, se souvenant les jours heureux de sont adolescence.


Madame kérensky les congédias ensuite prétextant vouloir être seul pour la vaisselle. Elle n'avait surtout pas envie écouter leur conversation.
Le générale s'excusa au prés de a femme a se moment là, et lui annonça que lui et rachat était entendu a Moscou dans la soirée et que de ce fait son hélicoptère ne tarderais pas a venir le chercher, et que bien sur elle était invité. Cependant la tenue de soiré était de rigueur. Ratach exulta. ! Elle allait pouvoir mettre sa nouvelle robe acheté il y a peu. Sa joie fut de courte duré, sont grand père lui ordonna de mettre son uniforme d’apparat. Ratach compris que sa permission venait de prendre fin. Ce qui ne l’empêcha pas de profiter de son général favoris avant qu' un Hind ne vienne ce poser dans le jardin.
Revenir en haut
Ratach Osis
CTA
CTA

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2012
Messages: 815
Localisation: 44°50′25″ Nord 0°34′49″ Ouest
Masculin
Gène: Naturel
Vaisseau: Non affecté
Niveau de pilote: 2
Appareil actuel: Sandrock
Poste: pilote de MS/contact
Grade: Capitaine
Lien vers présentation: URL
Lien vers hangar: URL

Posté le: Ven 28 Aoû 2015 - 14:34
Sujet du message: Retour au bercail
Répondre en citant

Ratach détendit de la limousine pour pénétrer  dans le kremlin. Sa deuxième visite dans ce lieu. Rien ne semblait changé depuis la dernière fois.


La forteresse urbaine au pied de la rivière Moskova s’illumine doucement tandis que le soleil déclinée définitivement dans l’horizon , faisant apparaître en ombre chinoise le manique bâtiment qui daté du 13eme siècle et qu avait abrité tant de famille sartrienne durant des siècles. Ratach venait dans ce lieu pour la deuxième fois, et pour là deuxième fois elle regretta que ce ne soit pas pour visité les lieux. Il y avait tant a voir.la cathédrale de l'archange saint Michelle, le Palais a facette, la cathédrale de la dorminition de Moscou,le palais du patriarche et tant d'autre. Il faut dire que le lieux était emplie d'histoire depuis sa construction et reconstruis après qu'elle soit prise par les mongoles les polonais et les français a tour de rôles. Sans compter les tremblements de terre et les incendies. Il y avait de quoi voir et de quoi écouter ici. Mais Ratach avais sa préférence. La tour Nikolskaïa a cause de sont architecture très plaisante.Mais pour leur elle se diriger vers le palais du kremlin. Cœur ardant de la politique du CTA.


Si le monument n'avait pas changé depuis la dernière fois, il en allait de même pour les raisons de sa présence. Sont général de grand père refusa de dire quoi que ce soit. Sous prétexte que cela était une surprise. La jeune femme avança donc le cœur léger dernier son grand père bras le bras dessus dessous avec sa femme.
Celui suis la conduisait avec un air Béa sur le visage.Le vieux couple semblait au printemps de sa jeunesse. Parcourant les couloirs avec assurance Ratach fut salué par des soldats qu'elle reconnu. Il s'agissait de ceux qu'il l'avait escorter il y ans un an ici depuis le Gurtie lue.
Ceux si semblaient ravis de la revoir et lui firent a salut de dragueur qui décrocha un léger rire.
Au détour d'un couloir Le générale ordonna a sa petite fille d'entré dans un pièce. Ratach compris que ce n’était pas une demande mais un ordre et y obéie.
Elle pénétra dans le lieu pour y découvrir un grand salon ou dune dizaine de personnes assises chacune dans un fauteuil blanc se faisait pouponné par des maquilleurs. Surprise elle ce demanda ce qui ce passez ici ? Elle n’eus pas le temps pour réfléchir a cette question qu’une dame d'un certain age et un trait sévère. s’approcha d'elle
-Mademoiselle Osis ?
-Oui.
-Vous êtes en retard.. Assoyez vous ici et ne bougé plus.
-En retard pour?
La femme ne répondit rien mais lui indiçât avec un regard des plus assassin le siège.
Ratach obéir sans broncher. Peu être aussi parce quel lui faisait un chouïa peur. La femme ouvrit devant elle une mallette qui ressemblait a une grande boite a outil. Celle ci remplit de maquillage divers et varier.
Sans lui demanda quoi que ce soit commença a la poudré. La jeune fille ce laissa faire et du coin de l'œil regarda les autre officier qui détendu ,apprécier les soins que chaque personnes lui prodigué. Pourquoi tout ce remue ménage ? Et pourquoi rendre présentable tant ses militaires? La réflexion de Ratach porta rapidement ses fruits.
Ratach sentie les mains de la femme défaire sa chevelure. Évaporant ses pensée rêveuse. Elle plongea son regard dans le miroir et vit magnifique , un maquillage léger sur les joue qui faisait ressortir son tien, Des cil intense et un rouge a lèvre vif et puissant qui faisait ressortir délicatement ses levers. Cette femme travaillé vite est bien. Bien plus vite et bien qu'elle. Maintenant celle ci coiffé sa chevelure avec dextérité. Créant grand a ses long cheveux des tresses qui lui faisait une couronne autour de sa tette et finisse dans un chignon visiblement compliqué a réalisé . Une coiffure qui la rendait encore plus jolie que d'habitude.
Un Homme entras sans frapper dans la loge.
-H moins trois, terminez au plus vite nous devons y aller.
Les maquilleurs finirent leurs retouches et les militaires se mirent en file indienne pour suivre. Ratach se doutant un peu de ce qui aller suivre, suivie le mouvement.
Revenir en haut
Ratach Osis
CTA
CTA

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2012
Messages: 815
Localisation: 44°50′25″ Nord 0°34′49″ Ouest
Masculin
Gène: Naturel
Vaisseau: Non affecté
Niveau de pilote: 2
Appareil actuel: Sandrock
Poste: pilote de MS/contact
Grade: Capitaine
Lien vers présentation: URL
Lien vers hangar: URL

Posté le: Mer 16 Sep 2015 - 20:22
Sujet du message: Retour au bercail
Répondre en citant

Le groupe arpentât plusieurs couloirs d'un pas rapide avant de pénétrer dans un grand salon richement décoré. Dans ce lieux se trouvaient bon nombre de généraux, de politiciens de puissant industrielles et d’ambassadeur étranger. Tout ce beau monde accompagné de leur dames. Une grande réception ce préparé. Il y avait une petite extrade monté dans un des angles de la pièce et qui semblait avoir pour vacation celle d'une plateau de télévision, au vu des nombreuses cameras de télévision et une horde de journaliste au tour. Les militaires furent placé rapidement sur l'estrade et Shado, le premier ministre en personne vient devant eux pour commencer un élogieux discourt parlant de la valeur de ses hommes mais aussi de la nécessité de trouver a se conflit une alternative pacifique plutôt qu'une destruction totale. Cela rassura Ratach de savoir que les haut dirigent ne rêvé pas qu'a la destruction total de l’ennemie. Un message a Zaft leur incantant qu'il était peu être temps de mettre fin au conflit..


Sont discours terminer. Le premier ministre s'avança devant le premier guerrier suivis de sa « cour » de généraux. Ceux si lui présentèrent l'homme. Un certain Albert Bosco. Un géant africain qui semblait pouvoir broyé d'une main n'importe qui dans la salle. Il passa du grade de sergent a celui de lieutenant.


Un bon extraordinaire dans la hiérarchie. Il reçu aussi la médaille de Joukof et de Kutuzof. L'homme abordé l’écusson de l'infanterie. Il avait du accomplir des actes de bravoures incroyables pour mérite tout cela. Ratach essayât d'imaginer ce que cela devait être sans grand sucée. Elle sortie de sa réflexion en voyant le premier ministre approché d'elle. Par réflexe elle le salut et celui ci lui rendu son salut.


-Pour votre bravoure au combat et vos actions entraînant de nombreuses victoires majeur, adjudant chef Osis. J'ai le plaisir de vous décorer de l'ordre de Sorokof, de vous promouvoir au rand de capitaine.
Félicitation capitaine Osis. Dit le premier ministre tout en lui épinglant son étoiles sur la poitrine.
Ratach fut étonne, elle s’attendait a une décoration, mais pas a être promu de deux rands. Elle était ravie de ceci et rentrât dans le rand avec un sourire angélique. Ratach étant la dernière.


Shado invita les «héros de la nation » a se joindre a la suite de la cérémonie. Un général fit rompre les rangs et chaque militaire pus aller discuter avec ses connaissances.
D'un pas sur la jeune femme se dirigea vers le général Kérensky.


-Alors capitaine Osis, vos impressions?
-Capitaine ?.. Grand père c'est n'importe quoi.. Je suis sur que tu as joué de tes gallons.
-Certes non, Shado a fait ça tout seul. Je n'y suis pour rien.
-Tu sais que je vais lui demander.
-Je le sais, oui. Mais je ne m’inquiète pas pour ça. Ma petite fille et trop gentil pour me faire des reproches, et un capitaine sait tenir sa langue devant un général.
-Général ? Dit elle avec intonation qui demandé la vérité.
-Capitaine Osis, vous comprendrait bientôt le pourquoi des choses. En attendant pourquoi ne profitez vous pas de la fête.
Ratach fit la mou..
-Allons ce n'est pas comme si ta grand mère tenté de te présenter tout les garçons de la salle. Pas vrais mon amour. Dit le général en ce tournant vers sa femme. Femme qui n’était pas là...
Ratach sentie sa colonne vertébrale frissonné.
-Grand père....
-Je suis désolé Ratach je t'assure je ne lui ai lâché la main qu'une seconde...
-Ma petite Ratach comme je sus fière de toi dit une voix dans sont dos.
Ratach se retourna doucement sachant très bien bien que sa grand mère avait un moins un prétendent a lui présenter. Pas de chance. Il y avait trois jeune hommes en tenue de soiré qui escorté Madame kérensky visiblement heureux de pouvoir être présenté au capitaine fraîchement promu. La soiré allait être longue.
-Mon capitaine nous voudrions prendre des photos de vous pour le service des informations de l'armée. Coupa le plus mal poliment du monde un jeune sergent avec un bloc note a la main.
-Avec le plus grand plaisir! Cria presque Ratach, sautant sur cette échappatoire miraculeuse. Excusez moi mon généra, grand mère, Messieurs, le devoir m’appelle.


-Suivez moi je vous pris.. Le jeune sergent conduit Ratach sur la piste de danse ou une troupe de journaliste l'attendait pour la photographier.
La séance dura plusieurs minutes ou elle du parfaire son sourire et les poses patriotique le torse bomber pour mettre en avant ses décorations.
Après deux minutes sous les flash le sergent interrompu la séance.
-Capitaine nous avons besoin de tournée un film, aussi pourriez vous danser avec le Lieutenant ?
Ratach jeta un coût d œil rapide a sa grand mère qui semblait l'attendre toujours accompagné de prétendant.
-Bien sur.
-Parfait. Lieutenant Bosco si vous voulez bien.
Le grand africain coiffé d'une iroquoise s’approcha de capitaine et inclinât poliment en posant sa main droite sur son cœur.
Ratach se contenta de faire une révérence. Maintenant qu'elle était en face de lui elle réalisé a quel point celui ci fut grand et musclé. Il l' aurait facilement la soulever d'une seule main .
-Capitaine si vous permettait. Il passa sa main au tour de son torse et ris son autre main dans la sienne.
-Un slow ? Dois je craindre pour mes pieds ?
-C'est la seul danse que je maîtrise capitaine.
-Bien je vous laisse faire lieutenant.


Le lieutenant comment ça a se mouvoir, Ratach suivi son partenaire. Elle n’était pas la meilleur danseuse du monde et visiblement le lieutenant non plus mais le service presse semblait réellement satisfait de la prestation.
-Au fait lieutenant félicitation pour votre promotion.
-Merci.mon capitaine. Mais vous pouvez m’appeler Albert. Ce sera plus simple.
-Seulement si vous appelez Ratach.
-Ratach ? Quel étrange prénom ? De quel origine ai ce ?
-Je ne sais pas. Seul mon défunt grand aurait pu vous répondre.
-heu. Je vois.
Albert étant visiblement gênait d’avoir remué un souvenir douloureux. il ne dit plus rien alors qu'ils continuer a valsé seul sur la piste de danse Ratach décida de passé un peu de temps a profiter de son cavalier en silence. Il était bon danseur. Profité de cela provoqué des sentiment agréable.
-Albert, pardonnez ma curiosité mais, de sergent a lieutenant. Vous avez fait comment ?
-J'ai combattu. Dit il sombrement.
Ratach sentie dans sa voix la lourdeur des actions nécessaires mais non souhaité. Elle ressentie la même chose. Elle avait tué, trahie des amis, et encore tué. Elle ne l'avait pas fait pour une médaille mais pour ses conviction. Cela lui déchira le cœur quand elle y repensé. Non elle devait être forte. Le passé ne pouvait être changer et se lamenté sur ses acts, aussi ignobles soit il, ne changerait rien.
-Moi aussi. répondit elle simplement.
Albert comprit les choses et plutôt d'utilisé se contentât de serrer un peu son étreinte sur la frêle jeune femme dans ses bras.
-Merci.
-De quoi ?
-De vouloir me remonter le morale.
-De rien.
-Je meurt de faim, pas vous ?
-Si mais ça détonerais que le sergent nous laisse nous restaurer.
-Nous sommes des officier maintenant, je ne pense pas qu'il trouvera a redire.
-Hum je suppose.
-Alors allons au buffet avant qu'il ne reste plus rien.
La jolie femme au cheveux neige ce détacha du lieutenant et se tourna vers le sergent qui la regarda avec curiosité.
-Je pense que  vous avait de quoi faire votre film sergent..
-Oui mon capitaine. Pour les besoin du scenario il faudrait que vous embrassiez le lieutenant après votre danse, s'il vous plaît.
Couillu le sergent, pensa Ratach après un sursaut de surprise. Elle se demanda si l'idée était de lui.. ou de sa grand mère. Non elle devenait parano... quoi que.. avec elle dans la pièce....
-Je crains que ce ne soit impossible. Dit elle en se dirigent vers le bufet.
-Lieutenant!
-J'arrive mon capitaine.


Ratach se restaurât avec différent met de grande qualité. La guerre n’était pas dure pour tout l monde visiblement. Elle discutât un bon moment avec Albert de tout et surtout de rien. La soiré fut agréable et sans prétendant.
Vers minuit son grand père vient a sa rencontre.
-Capitaine suivez moi, il est temps pour vous de recevoir vos ordres.
Ratach suivit en silence son grand père après avoir saluer le lieutenant.
Revenir en haut
Ratach Osis
CTA
CTA

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2012
Messages: 815
Localisation: 44°50′25″ Nord 0°34′49″ Ouest
Masculin
Gène: Naturel
Vaisseau: Non affecté
Niveau de pilote: 2
Appareil actuel: Sandrock
Poste: pilote de MS/contact
Grade: Capitaine
Lien vers présentation: URL
Lien vers hangar: URL

Posté le: Mer 23 Sep 2015 - 00:05
Sujet du message: Retour au bercail
Répondre en citant

Le bureau de Shado était immense, les murs blanc richement décoré de dorure et 
de grand tableaux illustrant l'histoire de la Russie. Trois grande portes fenêtre vitré en petit carreaux sur le mur droit, éclairé parfaitement la pièce et en Centre trône un bureaux ovale Blanc. 
Shado invita Ratach à prendre place sur un siège avant que celui ci ne s'assoit lui aussi sur le grand et confortable siège. Ratach n’était pas seul dans la pièce assit sur le fauteuil a sa gauche ce trouvait un vieil homme de taille normal a la chevelure noir coupée très cour a cause d'une calvitie prononcé. Un monocle sur l’œil gauche venait terminer les traits les plus frappant de cette homme. Une rapide lecture de galon lui après que celui ci était Colonel.
Quand au général il s'assit sur un siégé prés de la grande fenêtre un peu en retrait.
Il faisait nuit et les volets de la pièce était fermé affin que personne ne vois qui si trouvaient.

-Bonjour Ratach. Je te présente le Colonel Klink un excellent officier originaire de Bavière. Je suppose que tu dois te poser des questions. Je vais y répondre. Il y a plusieurs années de cela, j'ai lancé un programme secret visant a la construction de nouveaux navire de guerre. Le but étant d’écarter le bleu cosmos d'une certaine partie de nos force armées. Le premier navire est en cour de finissions. J'ai besoin d'un capitaine digne de confiance pour prendre son commandement. Capitaine Osis c'est la que vous intervenez.


Ratach allait protester mais Shadow leva la main lui faisant comprendre quelle n'avait pas la parole.


-Bien sur, je sais que vous n'avez pas le niveau requis magret votre grade. C'est pourquoi le colonel Klink vas vous servir de précepteur. Il est le meilleur instructeur dont nous disposons et il a accepté d' abandonner ses étudiant pour vous former personnellement. Vous prendrez le commandement de votre navire dans trois mois jours pour jour. Le colonel a le dossier de votre navire. Il vous le confira en temps voulu. Par ailleurs votre machine y est déjà installé. Quand a vos hommes, le générale kérensky les a sélectionné personnellement, ils sont tous dévoué au CTA et seulement au CTA.
Bien maintenant que vous connaissait le conteste et vos vos ordres, Vous pouvez disposez.


Le colonel se leva en silence et salut le premier ministre et se dirigea vers la sortie. Ratach compris qu'elle devait faire de même.
-Capitaine Osis. Pour vos cheveux, le blanc vous vas très bien. Il vous assagisse.
-Merci, Mr le premier ministre. Fit Ratach avant de sortir de la pièce. Comprenant que cette fois l'entretient ne serais pas une seul seconde amicale, juste professionnel. Certainement par ce que les deux hommes n'avaient pas envie d'argumenter leurs choix concernant tout ce qui lui arrivé.


Elle suivit le colonel Klink en silence. Celui ci marché lentement. Sont age l'invité a prendre une canne, mais l'officier semblait trop orgueilleux pour vouloir s'en encombrer. Se promenant dans le Kremlin comme si il était chez lui, il entrât dans une pièce sans hésitation au détour d'un couloir. Il s'assit sur un fauteuil dernier un bureaux qui n’était certainement pas le sien puis, invita Ratach a faire de même.


-Bien capitaine, je n'irais pas par quatre chemin. Le premier ministre veux que je face de vous un capitaine, je ferais de vous un capitaine. Je ne sais pas ce qu'il a en tête, mais je sait qu'il ne fait pas sa par caprice. Alors ôtez vous de la tète que vous étés sa petite favorite. Je ne ferait aucun traitement de faveur et si j'estime que vous n’êtes pas prêté a un commandement dans les délais fixés, le navire partira sans vous. Ai ce bien compris?
-Oui mon colonel.
-Parfait. Les choses étant claire nous allons pouvoir travailler sur de bonne base. Il est tard et nous sommes tous deux fatigué... je vous poserais seulement quelques questions affin de mieux vous connaître. Demain vous vous présenterez chez moi a 10h00 précise. Voici mon adresse.


Il tendit un papier a Ratach qui le lut avant de le ranger dans sa poche.


-J'ai lu dans votre dossier que vous avez servie sous deux navires différent. Sous quel commencement avait vous préférez servir ?


C’était une bonne question. Ratach comprit aisément pourquoi le colonel lui demandait. Le Elle choix quand a lui fut si rapide qu'elle répondit presque immédiatement.


-Sous le commandement du capitaine Price. Mon colonel.
Le colonel sortie sont monocle de son œil et l’essuyât délicatement avec un mouchoir visiblement prévu a cette effet, semblant réfléchir.
Il leva sa tète en direction de Ratach après quelques secondes.
-Développer je vous pris.
-Le capitaine Price respectait ses hommes. Il était juste. Bien que souvent absent et peu bavard. Ses ordres était cohérent et logique. Ceci dit ma première affectation sous le commandement du capitaine Stelar n’était pas merveilleux. Elle imposé une discipline de fer basé sur la peur et les punitions. Ne se souciant de ses hommes uniquement quand ceux ci pouvait faciliter ses ordres de missions. Orgueilleuse tyrannique et injuste, servir sous sont commandement ne fut pas des plus agréable.


Klink se leva doucement et fit le tour de la chaise ou se trouvé Ratach. Semblant l’examinée sous toutes les coutures, le visage impassible.


-Êtes vous en train de dire que Zaft a de meilleur capitaine que nous Capitaine? C'est propos me laisse a pensez que vous songer a nous trahir. Dit klink d'une voie glacial est encore pus aiguë. Rendant le tout insupportable a entendre.


-Vous me demandez mon avis. Je vous ai répondu. Dit calment Ratach. En déduire que je suis un traite n'est que pur spéculation.


Klink retourna s’asseoir dans son fauteuil le visage déclinant un petit rictus de satisfaction.
-Da capitaine Da. Dite moi. Comment comptez vous assurer votre commandement ?


Ratach fut surprise par cette interrogation. Elle n'y avait jamais réfléchît. Normal ! Elle venait d’être bombardé capitaine il y a dix minutes de cela. Bien qu'elle rêve d'avoir un jour un commandement, c’était d'une escadrille, et non d'un navire de guerre et ceux pas avant dix ans. Commander comment ? Cela demandé toute sa réflexion. Elle pris tout sont temps.


-Par l'exemple. Je veux être un exemple pour mes hommes.


Klink afficha a Ratach un visage inexpressif le visage qui n'avait pas changer depuis qu'il s’était rencontré. Par contre les yeux de l'homme semblait animé d'une flamme de joie.


-Parfait capitaine. Ce sera tout pour ce soir. Vous pouvez disposer. Passé une bonne soiré.
Ratach salut et sortie de la pièce.


Klink sortie un calepin en cuire usé par le temps, et y nota les renseignement qu'il venait de récolter
-Par l'exemple. Répétât il comme ému.
Pauvre enfant vous avez choisi la façon la plus noble et la plus compliqué pour assumer un commandement. Vous préparer vas être un véritable défit. J’espère que vous aurez les épaule assez large, mädchen.
Revenir en haut
Ratach Osis
CTA
CTA

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2012
Messages: 815
Localisation: 44°50′25″ Nord 0°34′49″ Ouest
Masculin
Gène: Naturel
Vaisseau: Non affecté
Niveau de pilote: 2
Appareil actuel: Sandrock
Poste: pilote de MS/contact
Grade: Capitaine
Lien vers présentation: URL
Lien vers hangar: URL

Posté le: Sam 26 Sep 2015 - 00:22
Sujet du message: Retour au bercail
Répondre en citant

Ratach se présenta a l'adresse indique avec ponctualité. La nuit courte qu'elle avait passé ne l'avait pas vraiment reposé. Il faut dire que tout ce qui était arrivé la veille la travaillé. Bien sur sur sont grand père n’était pas rentré cette nuit la. Impossible d'avoir une discutions sérieuse avec lui. Si lui est Shadow pensaient qu'elle mérité ce poste, après tout pourquoi pas.. Au moins elle ne repartirait pas sur le « LUE » ce qui était positif aussi. Tel était les conclusions de cette nuit passé a tourné dans les draps
Maintenant elle se trouvait la, sur le parvis d'un des hôtel les plus réputé de Moscou. Et un majeur d'homme lui ouvrais la porte pour la laissé pénétré dans un hall richement décoré de marbre et d'or.


-Vous désiré madame demande le réceptionniste.
-J'ai rendez vous avec le colonel Klink.
-Le colonel nous as prévenu de votre visite suivez ce garçon d'étage, il vous conduira. Nous espérons que vous passerais un excellent moment dans notre établissement.
Ratach ne répondit rien, et suivi sont guide qui la conduisis au neuvième étage.celui ci la laissa devant la porte 13. Elle frappa et c'est presque immédiatement que la porte s’ouvrit.
-Capitaine Osis. Vous êtes ponctuelle a souhait.
-Mes respect mon colonel.
-Rentrez, capitaine, et prenez place derrière le bureaux la leçons vas commencer.
Ratach renta suivi le colonel qui traversa le salon pour arriver dans une pièce ou il y avait un bureau ovale en chêne sur le quel était posé différent livre ainsi qu'un cahier et des stylos . Sur le mur d'en face le colonel avait fait posé un grand tableau en ardoise. Ce qui avait du passer pour un étrange caprice pour le réceptionniste. A coté du tableaux, un confortable fauteuil assortie au bureau. Destiné, devina Ratach au colonel.
Elle S'assit dernier le bureaux et attendis.


-Bien vous êtes a l’heure c'est une bonne qualité. Demain nous commencerons les cours a 8h00 ceux ci ce termineront quand il me s’embrela bon de vous congédier. Pour les repas nous les prendrons soit au salon soit au restaurant de l’hôtel. Corriger moi si je me trompe, vous ne fumé pas, et vous êtes célibataire.
-Exact.
-Parfait vous n'aurez donc pas as demandé de pose, ou le besoin de partir tôt le soir. Thé ou café ?
-Thé.
-Dépendance quelconque ?
-Mon mecha.
-Une réponse de pilote sur le ton de la plaisanterie. Apprécie cette réponse. Helas je crains que vous ne puissiez le piloter avant un petit moment.
-Je comprend
-Avez vous bien dormis cette nuit ?
-Oui.
-Ce n'est pas ce que dise les cernes sous vos yeux. Allez y, parlez moi de ce qui vous tracasse.
Ratach hésita a parler, après tout elle ne connaissait pas le colonel Klink.


-Vous vous demandez pourquoi ils vous ont promu ? Vous doutez d'avoir les contenances. Cela est normal et légitime mädchen. Laissez moi vous dire ceci. Votre grand père et le premier ministre ne sont pas des hommes a faire des cadeaux aussi importants par pur fantaisie ou gentillesse. Surtout en temps de guerre.
Cette promotion vous l'avez gagner grâce a vos action et votre détermination, et aussi parce qu'il avait besoin d'une personne de confiance. C'est un honneur que peu d'autres capitaines vont recevoir dans le CTA. Soyez en fier.


Ratach écouta attentivement l'homme a la voix si aigu. Ses paroles ne semblait pas être un mensonge et leva ses doutes.


-Je vous demanderais de ne plus me mentir. Je suis un vieil homme qui a vécu de nombreux conflit. Aussi bien militaires que sentimentaux. N'hésitez pas a me parler si vous en ressentez le besoin, peu importe le problème.
-Oui. Mon colonelle.
-Poursuivons. Que représente le travail d'un capitaine a vos yeux ?


-Diriger les hommes choisir les stratégie de combat , choisir les caps. Faire en sorte que tout le monde rentre au port.


-Capitaine Osis. C'est une réponse intéressante, mais très incompétente.De façon très schématique, voilà ce qui fonde à mon sens la valeur et l’efficacité du bâtiment de guerre, ainsi que l’histoire et le retour d’expérience nous l’enseignent. On ne commande pas une coque de bâtiment de guerre, on commande son équipage. Et quelle que soit la qualité de ses équipements, un navire n’est jamais meilleur que son équipage. La connaissance des hommes passe donc fondamentalement avant celle du matériel. Baptisé par un seul nom, l’équipage et son bâtiment forment un tout indissociable, Le pacha est celui qui incarne cette entité, qui lui donne sa personnalité propre, à nulle autre pareille. L’équipage s’identifie à son commandant, prend ses qualités mais aussi parfois ses défauts. Vis-à-vis de l’extérieur, c’est également lui qui représente le bâtiment. La valeur d’un navire de guerre se mesure quelque part à l’aune de cette connivence, de cette fusion entre le commandant, l’équipage et leur bâtiment.


Le colonel se levas du fauteuil avant de poursuivre en marchant dans la pièce.


-Commander c’est décider et agir, avec détermination et ténacité. Mais si la décision est le fait d’un seul, l’action concerne l’ensemble de l’équipage. L’exercice du commandement est plus du ressort de l’art que de la simple technique, c'est-à- dire qu’il y entre des savoir-faire mais surtout beaucoup de savoir être. Pour autant, rien n’est complètement inné, il faut savoir quitter le quotidien, naviguer loin sur l’avant et ne jamais tenir l’acquis pour immuable. Rien de neuf ne naîtra jamais si le chef n’ose pas abandonner ce qui s’est avéré valide jusque ici, et il lui faudra même beaucoup de pugnacité pour lutter tous les jours contre le conformisme, l’esprit de système et ces insidieuses routines, qui sont le terreau de la médiocrité et l’apanage de ceux qui seront toujours en retard d’une guerre. Le commandant cependant ne se conçoit guère sans défaut. Quelque travers mineur manifesté à bon escient peut servir de lustre aux vraies qualités du chef. Pour vaincre sûrement, il lui faut une certaine dose d’égoïsme, d’orgueil, de dureté, de ruse. Mais on lui passe tout cela s’il réalise de grandes choses.


Il retourna dans son fauteuil et s'assit lentement avant de sortir sont monocle et de le lustré avec son mouchoir.


-En conséquence nous allons commencer par vous apprendre a connaître vos hommes et comment les diriger. Vous trouverez devant vous un dossier contenant tout les détails de vos officier de commandement. Une fois cette leçon assimiler nous verrons quelle sont vos qualités et vos défauts.


Ratach sortie le dossier et regarda sa future équipe. Elle sourie quand elle reconnue la fiche d'Albert qui serait son bosco. Une tête connue lui ferais pas de mal.


- Si vous êtes prête mâdchen , Commençons par votre second. Le Lieutenant Ramius....
Revenir en haut
Ratach Osis
CTA
CTA

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2012
Messages: 815
Localisation: 44°50′25″ Nord 0°34′49″ Ouest
Masculin
Gène: Naturel
Vaisseau: Non affecté
Niveau de pilote: 2
Appareil actuel: Sandrock
Poste: pilote de MS/contact
Grade: Capitaine
Lien vers présentation: URL
Lien vers hangar: URL

Posté le: Ven 9 Oct 2015 - 15:23
Sujet du message: Retour au bercail
Répondre en citant

Trois mois. Trois mois jour pour jour que La plus jolie capitaine du CTA avait commencé sa formation pour devenir commandant de navire. La formation de son percepteur le Colonel Klink. Étrange personnage que ce Colonel. Qui semblait par ses manière vivre dans une époque bien antérieur.. A se demander si il était bien colonel et non fou. Pourtant son palmarès militaire ne laissé aucun doute sur son génie tactique et stratégique. Héros dans la bataille de Rouskof, de Brenderboug de Vienne entre autre... Ratach c’était risqué a plusieurs exercices Stratégique contre lui. Les défaites avaient toute douloureuse et cuisante.Ce qui amena le plus grand respect pour le colonel dans son cœur. Toujours professionnel, Ratach avait au prés de lui appris tant de choses en un temps très cour. Et maintenant l'heure des adieux était venu. Ratach avait appris a connaître le Colonel, et plus que des militaire ils étaient maintenant de vieux amis.


Le grand jour. Dit ratach Ému. Vous allez me manquer Colonel.
-Toi aussi mädchen.
Mädchen. Le surnom affectif qu'il lui avait donné.
-Je suis triste de ne pas pouvoir servir sur vos ordres au combat. Vous ne voulez pas rejoindre mon équipage ?
-Ce n'est plus de mon age. Maintenant Vas! Tu sais très bien ce que je pense des gens qui arrive en retard.
Ratach salut le colonel. Celui ci fit de même. il resté de marbre, militairement impeccable, pourtant ses yeux affiché une fierté immense. Il était fier d'elle. Ratach ne pu se retenir et sera le vieil homme dans ses bras.
-Vous allez me manquer Colonel
-Prend ton envol maintenant, ma fille.




a suivre dans cette section:  http://gundamneogeneration.vraiforum.com/t1528-Le-CTA-d-ploie-ces-nouvelles-ailles.htm#p30843
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






Posté le: Aujourd’hui à 21:24
Sujet du message: Retour au bercail

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
   Gundam Neo Generation -> Europe Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1

 
Sauter vers: