:: Le réveil du Pégasus ::
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Gundam Neo Generation -> Asie
 
Daniel Fellini
CTA
CTA

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2014
Messages: 186
Localisation: Vladivostok
Masculin
Gène: Naturel
Vaisseau: Pégasus
Niveau de pilote: 1
Appareil actuel: Zephyranthes
Poste: Capitaine de vaisseau
Grade: Capitaine
Lien vers présentation: URL
Lien vers hangar: URL

Posté le: Dim 16 Fév 2014 - 21:20
Sujet du message: Le réveil du Pégasus
Répondre en citant

[HRP : Précédemment sur le Pégasus : Retour de mission]



Un long trajet avait conduit Daniel à traverser toute la Russie depuis Moscou pour atteindre Vladivostok. C'était une ville portuaire, pleinement orientée vers la mer. Des bateaux par centaines se côtoyaient dans le port, vraisemblablement l'activité militaire n'était pas incompatible avec la vie économique des pêcheurs. On ne lui laissa guère le temps d'admirer l'horizon du Pacifique, déjà il devait pénétrer à l'intérieur d'une épaisse forteresse aux murs gris et froids. Les visages des soldats qu'il croisait étaient ternes, pourtant ils se forçaient de lui sourire. Aujourd'hui la menace coordinatrice était loin des côtes mais ils savaient qu'à tout instant celle-ci pouvait se rapprocher. Pour avoir discuter avec l'un d'entre eux pendant quelques dizaines de secondes, Daniel comprit que la plupart était des gens simples, qui avaient un travail avant de venir ici mais que l'armée a fait appel de force pour défendre leur patrie. Depuis combien de temps durait cette guerre ? Depuis combien de temps des vies étaient prises inlassablement à chaque bataille ? Nul ne savait plus vraiment. En faisant sa mission, Daniel espérait quelque part, un peu naïf, qu'il pourrait honorer la mémoire de tout les tombés du front.

La mission, il en était désormais tout proche. Un dernier briefing avec le général de la Base, un certains Scalief ou quelque chose comme ça, et il serait aussitôt conduit à son vaisseau. Un vaisseau, même dans ses rêves Daniel n'aurait jamais pensé que l'armée lui offrirait la possibilité d'en commander un uniquement pour ses recherches. Bien sûr, si la Coalition lui accordait cela c'était surtout parce qu'elle y trouvait un intérêt mais qu'importe. Le Général lui présenta les plans du Classe Pégasus Albion II, un nom bien compliqué. C'était un vieux vaisseau qui avait servi dès les débuts de la guerre, il avait survécu à des terribles batailles mais il n'avait pas obtenu satisfaction auprès de ses supérieurs. D'abord stationné à Panama, il se déplaça de base portuaire en base portuaire le long de la côte Ouest de l'Amérique du Nord, jusqu'à arriver à Vladivostok où les autorités eurasiennes avaient accepté de le prendre en charge. Une traversée longue de quatre ans où le vaisseau prototype ne trouva d'intérêt pour aucun capitaine. Bien sûr, Daniel ne l'avait pas choisi, la Coalition le lui imposait, ça devait être ça ou la casse. Pour un vaisseau de cette valeur, nulle doute que ce aurait été dommage.

Le vaisseau en était à sa troisième version. Puisqu'il avait perdu sa fonction de premier plan militaire, on lui retira ses principales armes pour les tronquer contre de meilleurs dispositifs défensifs qui devait permettre au Pégasus d'agir en toute discrétion. Bien entendu pour sa gestion, le Docteur Fellini serait accompagné d'une équipe de professionnels prête à répondre à ses attentes. Le lieutenant de bord et quelques quartiers-maîtres s'étaient présentés à la réunion avec le général et l'avaient accueilli chaleureusement. Malgré ces dernières années passées à côtoyer les militaires, Daniel ne savait pas trop comment s'y prendre avec eux, c'est la première fois qu'on lui confiait un commandement. Le Lieutenant Matevsti, son second en passerelle, le rassura rapidement en l'abordant de manière très humaine. Ouf ! Pas de foutus amoureux de la discipline, pensait Daniel, soulagé.

Le briefing se termina après une heure, le Général avait surtout insisté sur la sécurité et la nécessité absolue de ne pas rentrer en confrontation directe avec l'ennemi. En somme, le Pégasus devait s'en tenir à sa stricte mission. Dans la foulée, Daniel reçut un document détaillant le prochain plan de vol. Il n'avait pas trop le temps de le feuilleter maintenant, il fut escorté directement jusqu'à son vaisseau. Il était moins grand qu'il ne l'imaginait mais pourtant il lui inspirait un certains respect. Malgré l'âge, il semblait en très bonne état, ou alors il était simplement abusé par la dernière couche de peinture fraichement déposée sur la coque. Étant rangé dans un quai naval protégé qui devait mener sur le grand large, pour pénétrer le vaisseau le petit groupe dût passer par une passerelle menant directement dans les quartiers d'équipages. Son Lieutenant se fit guide, il lui présenta rapidement où se situait les chambres à couché de chaque quartier, sa propre chambre puis enfin celle de Daniel, situé juste en face. Contrairement au reste de l'équipage, les officiers bénéficiaient d'un confort relatif avec une pièce isolée et meublée. Seul le Capitaine, son Second et les pilotes y avaient droit. A ce propos, Daniel remarquait qu'il y avait quatre chambre en trop, Matevsti lui répondit que c'était les chambres des pilotes supplémentaires qu’accueillaient le Pégasus lorsqu'il était pleinement opérationnel pour le front. Aujourd'hui, il ne devait accueillir que la moitié des MS possible, ceci par soucis de place et de vitesse.

Avant de reprendre ses quartiers, son Lieutenant le prévint que le vaisseau ne partirait que dans quelques jours, le temps d'effectuer les derniers approvisionnements. Daniel pouvait ainsi se prendre du temps pour étudier le vaisseau et faire connaissance avec l'équipage. Par contre, après un long voyage, il n'était pas motivé à le faire de suite et abordait plutôt la soirée dans l'optique de rester tranquillement dans sa chambre, à lire les différents dossiers à disposition.

_________________
♫ Thème musical ♪


Dernière édition par Daniel Fellini le Sam 22 Fév 2014 - 16:43; édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






Posté le: Dim 16 Fév 2014 - 21:20
Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Daniel Fellini
CTA
CTA

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2014
Messages: 186
Localisation: Vladivostok
Masculin
Gène: Naturel
Vaisseau: Pégasus
Niveau de pilote: 1
Appareil actuel: Zephyranthes
Poste: Capitaine de vaisseau
Grade: Capitaine
Lien vers présentation: URL
Lien vers hangar: URL

Posté le: Lun 17 Fév 2014 - 21:31
Sujet du message: Le réveil du Pégasus
Répondre en citant

La journée avait été courte pour Daniel. Il avait cru avoir un peu de temps pour visiter le Pégasus, en apprendre plus sur lui et ses occupants, mais préparer le départ d'un vaisseau demandait tant de formalités administratives qu'il avait beau s'y mettre hardiment, la pile de dossier ne dégrossissait pas... Parfois il se surprenait à regarder le mur où était affichée un tableau holographique qui imitait un hublot retransmettant une mer apaisée où le soleil se couchait. C'était une sorte de cadran solaire, le seul objet esthétique de cette pièce avant qu'il n'arrive mais ô combien agréable. Puisque le soir tombait, Daniel devait passer en passerelle pour obtenir un rapport des officiers. Il finit son verre d'eau d'une traite puis s'en alla accomplir sa besogne.

Il n'y avait pas grand monde sur le pont, quelques soldats s'affairaient sur les ordinateurs de contrôle avec la supervision du Lieutenant Matevsti. Daniel s'approcha de lui pour lui serrer la main, il s'amusa de constater que son second lui rendait un salut militaire. Sans plus attendre, il s'installa un peu timidement sur le siège du capitaine, surélevé par rapport aux autres. Il sentait un peu, après tant d'année à prendre la poussière ce n'était pas étonnant. On lui transmit les premiers rapports, des futilités concernant les activités dans chaque quartier du navire et sur le taux d'approvisionnement. Après une revue d'effectif de plusieurs dizaines de minutes, Matevsti finit par lui dire que tout était en ordre. S'accoudant pour reposer sa tête sur la paume de sa main, Daniel lâcha d'un air ennuyé :

- Ça doit être tout le temps comme ça ?
- Oui, Docteur. C'est la procédure. Mais...
- Mais ?
- Mais vous êtes le capitaine de ce vaisseau donc si vous faites quelques petites entorses aux règles, on ne pourra pas vous le reprocher.


Ils s'échangèrent un sourire complice, mais Daniel savait qu'il ne pouvait faire ça car il devait donner le bonne exemple. Un des officiers dans la passerelle s'étonnait de tant de bonne volonté. Daniel eut le malheur de lui répondre qu'il ne faisait que suivre ce qui était marqué dans le manuel d'instruction du capitaine. Tout de suite les autres soldats s’esclaffèrent.

- Ah ah, qu'ai-je dit de si drôle ?
- Oh, rien Docteur. C'est juste que nous ne pensions pas que quelqu'un prenait encore au sérieux ce qui était marqué dans ces bouquins !
- Encore moins que quelqu'un les lisent !

Nouveau rire. Daniel se sentit un peu vexé. Le lieutenant prit finalement sa défense en demandant à ses subalternes de se concentrer sur leur travail. Il invita ensuite le Capitaine à faire une ronde du vaisseau, mais ce n'était qu'un prétexte pour lui accorder congé sans perdre la face. Daniel fut sensible à ce geste et le remercia une fois dans l'ascenseur.

- Ce n'est pas grand chose. Vous êtes un civil, ces crétins le savent tout autant que quiconque mais ils profitent justement de ça pour vous mettre en difficulté. N'hésitez pas à vous montrer ferme mais surtout ne vous emporter pas. Nous sommes tous dans le même bateau et nous comptons sur tout le monde.
- Vous dîtes vrai Lieutenant. Bah ! Ce n'est qu'une forme de bizutage. Je ne m'attendais pas à moins, donc ne vous inquiétez pas trop pour moi. Lorsque j'aurais pris mes marques, ça ira tout seul !
- Je n'en doute pas ! Au fait, Docteur, demain matin nous aurons besoin de vous à sept heures moins dix pour la réception de caisses alimentaires.
- Vous plaisantez ?
- Du tout, l'alimentation à bord est un des éléments vitaux du vaisseau, vous devez être là. Ah, je descends ici ! Bonne soirée, Docteur Fellini.
- Vous de même Matevsti...

_________________
♫ Thème musical ♪


Dernière édition par Daniel Fellini le Sam 22 Fév 2014 - 21:07; édité 2 fois
Revenir en haut
Daniel Fellini
CTA
CTA

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2014
Messages: 186
Localisation: Vladivostok
Masculin
Gène: Naturel
Vaisseau: Pégasus
Niveau de pilote: 1
Appareil actuel: Zephyranthes
Poste: Capitaine de vaisseau
Grade: Capitaine
Lien vers présentation: URL
Lien vers hangar: URL

Posté le: Mar 18 Fév 2014 - 12:13
Sujet du message: Le réveil du Pégasus
Répondre en citant

On approchait du milieu de la journée, l'équipage commençait à tour de rôle à quitter le Pégasus pour se rendre au restaurant militaire de la base. Daniel aurait aimé les accompagner mais il était retenu dans son bureau par un dossier qui trainait en longueur. Avant le décollage du vaisseau, une inspection sanitaire devait être effectuée pour s'assurer que le Pégasus réponde aux normes d'hygiènes. Il pensait que ça avait été fait avant son arrivé et surtout pendant la mise en état du vaisseau, c'était bien le cas d'après les rapports du service médical alors pourquoi reprendre de fonte en comble l'inspection ?

- Après la guerre, la pire chose qui puisse se produire c'est des épidémies. Il est normal de prendre le maximum de précaution contre cela, Capitaine Fellini.

Le quartier-maître Tchen était très pointilleux sur ce genre de détails. Médecin militaire, il avait un doctorat de médecine parfaitement adapté avec une formation au combat. Daniel l'enviait un peu, lui on l'avait un peu balancé là sans trop se soucier de savoir s'il était apte à se battre. Il devait apprendre sur le tas et le problème d'hygiène faisait parti des éléments qu'il devait savoir gérer.

- Très bien Docteur Tchen, mais pourquoi avez-vous besoin de moi pour ce travail ?
- A vrai dire, le Pégasus est un vaisseau qui me préoccupe un peu. Il a été entreposé dans des conditions pas forcément optimale et a été régulièrement déplacé le long du Pacifique ces dernières années. La dernière inspection remonte au mois dernier, avant votre arrivé. Je suis étonné que nous ne soyons toujours pas parti depuis...
- Je dois dire que j'ai été retenu à Moscou plus longtemps que prévu, un vaisseau sans son capitaine ne peut pas aller bien loin. Par contre, j'ai constaté que l'équipage n'était pas encore au complet, il semble que l’État Major a du mal à rassembler du personnel pour notre mission, malgré que nous soyons moitié moins que ce que le vaisseau peut accueillir initialement.
- Si vous me le permettez, ce n'est pas non plus une mission banale que de... Euh... Ramasser des carcasses. D'ailleurs ma principale crainte à ce sujet c'est que leur visite nous entraine à côtoyer des souches infectieuses, c'est pourquoi je souhaitais vous demander aussi de renforcer le contrôle d'hygiène de tout le personnel qui serait amené à sortir du vaisseau durant la mission.


Daniel soupira, il n'était pas le premier à demander une modification du règlement, voir une levée de fonds pour certains. Il n'était là que depuis deux jours et il devait déjà jongler entre les exigences de chacun et un budget accordé par l’État Major très limité. Il s'enfonça dans son siège en se contentant de répondre qu'il verrait ce qu'il pourrait faire. La quartier-maître s'apprêta à demander congé mais quelque chose d'autre le turlupinait :

- Capitaine... Une dernière chose, je ne sais pas si vous avez lu mon dossier personnel mais j'ai été amené à participer à l'opération qui a visé la base de Kaohsiung il y a quatre ans. J'ai eu tout le loisir avant d'être affecté ici d'étudier l'équilibre mental des soldats de ZAFT que nous avions fait prisonniers.
- Je n'ai pas eu le temps, désolé Tchen. Mais où voulez-vous en venir ?
- Avant cette expérience je ne me préoccupais peu de la psychologie, je n'avais pas vraiment suivi de cours à ce propos d'ailleurs... Tout ce qui comptait pour moi c'était que les soldats soient en bonne santé physique. Cependant j'ai remarqué de graves désordres psychologiques chez certains, j'ai appris même de collègues que des soldats de notre propre coalition se droguaient... Pour tout vous dire, je pense que ce genre de "détails" n'intéresse guère nos supérieurs, je n'ai jamais eu aucun retour de mes rapports à ce sujet... Vous, vous n'êtes pas un soldat, peut-être y seriez-vous un peu plus sensible.
- Je... Euh... Je dois dire que je n'y avais pas vraiment pensé. J'y ferais plus attention, mais je ne vois pas trop en quoi je peux vous aider. Les nouveaux membres de l'équipage subissent déjà des tests physiques et psychologiques, moi-même j'ai dû en faire avant de vous rejoindre.
- Ce ne sont que de simples formalités. Je ne vous demande rien si ce n'est de ne pas hésiter à me contacter si vous avez vent de comportements disons... Étrange. Il en va du bien être de notre équipage et de sa cohésion, Capitaine.
- Très bien, si ça peut vous faire plaisir, je vous signalerais tout problème de comportement. Ça sera tout Docteur Tchen ?
- Oui, mon Capitaine.


Le quartier-maître le salua et se retira. Daniel murit cette discussion, il entendait bien sa mise en garde, avoir des soldats saints physiquement et mentalement était capital, mais il ne voulait pas non plus imposer une pression psychologique sur son équipage sous prétexte médical. Les tests d'entrées étaient suffisants pensait-il, et puis si un cas préoccupant devait se manifester, ça devrait se voir assez facilement. En attendant, la seule chose sur laquelle il pouvait agir sans créer de problème c'était les contrôles d'hygiène de retour au vaisseau. "A ce rythme-là, je ne suis pas près d'aller manger..."

_________________
♫ Thème musical ♪


Dernière édition par Daniel Fellini le Sam 22 Fév 2014 - 21:08; édité 2 fois
Revenir en haut
Daniel Fellini
CTA
CTA

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2014
Messages: 186
Localisation: Vladivostok
Masculin
Gène: Naturel
Vaisseau: Pégasus
Niveau de pilote: 1
Appareil actuel: Zephyranthes
Poste: Capitaine de vaisseau
Grade: Capitaine
Lien vers présentation: URL
Lien vers hangar: URL

Posté le: Mer 19 Fév 2014 - 13:24
Sujet du message: Le réveil du Pégasus
Répondre en citant

Aujourd'hui, Daniel ne fut pas dérangé à l'heure de la pause-déjeuné. Après s'être penché toute la matinée sur le cas des canalisations d'eau du vaisseau dont le contrôle d'hygiène avait mis en perspective une anomalie majeure, il s'était dérobé à son bureau pour se rendre directement au restaurant militaire. Il y avait déjà foule, il dût faire la queue pendant plus d'un quart d'heure avant de pouvoir s'asseoir à un coin de table tranquille. Il ne mangeait pas avec les autres officiers, ceux-ci lui avait fait comprendre Lundi qu'ils ne l'aimaient pas : à défaut de pouvoir critiquer le Pégasus qui reste néanmoins son âge un bijou de technologie de la coalition, ils s'attaquaient à Daniel en lui mettant la pression sur sa gestion du navire via quelques remarques plutôt déplacées qui n'avaient que pour but de lui faire comprendre que seul un Capitaine de formation pouvait gérer un vaisseau. Au moins, en restant seul il était tranquille et pouvait souffler un peu.

Daniel piqua un morceau de son steak, il le trempa dans la sauce piquante puis le mit à la bouche pour le broyer lentement avant de l'avaler. Tout en répétant ce geste, il observait les soldats autour de lui. Tous se regroupaient à des tables, sûrement par vaisseau ou par services. La nourriture n'était pas de grande qualité et le travail était éreintant à la base mais il y avait une vrai joie de se retrouver sur leur visage et d'échanger des discussions et quelques blagues. Daniel les regardait avec envie, le self avait beau être bien rempli, personne ne s'approchait de sa table. Peut-être sont-ils intimidés par son grade, suggérait-il. En Asie, il pensait savoir que la hiérarchie était plus prononcée qu'en Europe, et que les officiers ne se mêlaient jamais avec les subalternes. C'est alors qu'une silhouette le fit mentir et s'assit en face, sur le côté. C'était une jeune femme aux cheveux sombres attachés en chignon, ses yeux clairs se perdaient dans son assiette, ce n'était surement pas le meilleur festin de sa vie mais serait-elle tant dégouté que ça ?

- Vous ne mangez pas ? Interrogea Daniel entre deux bouchées.

La jeune femme ne lui répondit pas. Elle restait concentrée et ne semblait rien entendre. A regarder son veston, Daneil remarquait qu'il était brodé sur le haut de sa poitrine le nom de Lesca. Il n'y avait toutefois aucun grade mentionné, même pas d'épaulettes. Elle était peut-être du personnel venu hors de la base. Soudain, elle ferma les yeux, prit une grande respiration puis attrapa ses couverts pour commencer son repas sans dire mot. D'accord, pourquoi pas, se dit Daniel. Il ne comprenait pas à quoi cela rimait mais ce n'était pas grave. Il trouvait juste dommage de ne pas en profiter pour causer un peu, c'est pourquoi il retenta sa chance :

- Moi c'est Daniel. Et vous ?

Sans lui adresser un regard, elle mastiqua son beignet puis une fois englouti, elle répondit sobrement qu'elle s'appelait Maria. Ah, elle parle ! Se réjouissait Daniel.

- Euhm... Vous travaillez ici depuis longtemps ?
- Je viens d'arriver.
- D'accord... Vous venez d'où comme ça ?
- De loin.


Daniel eut un rictus. Si la discussion devait continuer comme ça encore longtemps il finirait par lâcher l'affaire. Il voulait juste échanger, pas faire un interrogatoire. Bah, ce n'était pas bien grave, c'était toujours mieux à prendre que ces abrutis d'officiers eurasiatiques.

- Moi aussi, cela ne fait que quelques jours que je suis arrivé dans la base, avant j'étais à Moscou où je faisais des recherches.
- Des recherches ? Vous n'êtes pas un militaire ?
- Non, pas vraiment... C'est vrai que c'est marqué "capitaine" sur moi mais en réalité j'ai été mandaté par l'armée pour mener un projet et ils m'ont envoyé ici. Et vous, vous êtes militaire ?
- Non, je ne le suis pas. J'ai été envoyé ici avec mon appareil pour les mêmes raisons.
- Ah, vous êtes pilote ? Je pensais qu'il fallait être dans l'armée pour ça.
- Vous êtes bien capitaine, alors pourquoi je ne pourrais pas être pilote ?
- C'est juste.


Hésitant à nouveau pour trouver ses mots, Daniel renonça à poursuivre la discussion. Elle ne semblait pas trop vouloir continuer non plus. Il jeta des regards hasardeux autour de lui tandis qu'il finissait son assiette. Il finit son verre puis se laissa aller un peu en arrière pour apprécier ce sentiment qui n'arrive que lorsqu'on se sent rassasié. Il se leva mais lorsqu'il salua Maria, elle le coupa :

-Ne pensez-vous pas qu'un repas est bien plus agréable lorsque nous prenons le temps de le savourer en silence ?
- J'ai bien compris que vous n'aimiez pas parler, Maria.
- Là n'est pas la question. Je vous remercie pour votre présence, au revoir Capitaine.


Elle plongea son regard un bref instant dans le sien, Daniel eut un frémissement. Il prit congé un peu hâté. Au moment de retraverser la pièce, il jeta un dernier coup d’œil dans sa direction avant de secouer la tête. Des problèmes bien plus importants l'attendaient sur son vaisseau, comme cette foutue canalisation d'eau...

_________________
♫ Thème musical ♪


Dernière édition par Daniel Fellini le Sam 22 Fév 2014 - 21:10; édité 2 fois
Revenir en haut
Daniel Fellini
CTA
CTA

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2014
Messages: 186
Localisation: Vladivostok
Masculin
Gène: Naturel
Vaisseau: Pégasus
Niveau de pilote: 1
Appareil actuel: Zephyranthes
Poste: Capitaine de vaisseau
Grade: Capitaine
Lien vers présentation: URL
Lien vers hangar: URL

Posté le: Jeu 20 Fév 2014 - 10:17
Sujet du message: Le réveil du Pégasus
Répondre en citant

L'équipe de spécialistes des canalisations d'eau étaient enfin arrivé. Des soldats du Pégasus avait essayé de résoudre le problème eux-même mais cela avait dépassé leurs compétences. Il fallait remplacé des tuyauteries difficilement accessibles infestées et bouchées par des substances étranges qui se sont accumulées au fil du temps. Cela ne concernait pas des portions du réseau clefs, c'est peut-être pour cela que ça avait échappé à la première inspection. Daniel se rendit au hangar pour les accueillir, il fut surpris de constater qu'ils étaient suivi par tout une cargaison déposée par un camion.

- Ah ce n'est pas de nous, Capitaine. Nous on a déjà de quoi sur nous, pas besoin de caisses.
- D'accord. Caporal, veuillez accompagner ces messieurs auprès du Quartier-Maître Park.


Le Quartier-Maître Park était le responsable technique du vaisseau, c'est à lui qu'on faisait appel pour l'entretien des systèmes et des machines. Daniel laissa le groupe pour s'intéresser d'avantage à cette curieuse cargaison qu'on venait de lui livrer. Comme à chaque approvisionnement, il devait valider la marchandise mais là il n'avait reçu aucun rapport au préalable.

- Qu'est-ce que c'est ? J'ai jamais eu de demande d'autorisation pour cette heure ! Vous, là ! Descendez de votre camion !
Le livreur s'étonna puis s'effectua. Il était très jeune, visiblement il ne s'attendait pas à ce qu'on l'interpelle, surtout pas le capitaine du vaisseau.
- Oui, Capitaine ?
- Qu'est-ce que c'est ?
- Aucune idée, Capitaine. J'ai reçu l'ordre de livrer ça ici cet après-midi. Ce que j'ai fait. Votre sécurité m'a contrôlé et m'a autorisé à déposer la marchandise.
- Je n'ai rien reçu... Bentner !!


Un soldat accourut aussitôt, c'était le Quartier-Maître Bentner, responsable de la sécurité et de l'armement à bord, un soldat grand et musclé qui imposait le respect rien qu'avec son gabarit. Daniel avait eu l'occasion auparavant de discuter avec lui, c'était un jeune homme très sympathique et sérieux, il était étonné qu'il n'ait pas fait plus attention cette fois-ci.

- Bentner, expliquez-moi ce que c'est.
- C'est une cargaison de fleurs, Docteur.
- De fleurs ? En quelle honneur ? Ah et comment se fait-il que je n'ai pas reçu votre rapport à ce sujet ?
- Je n'ai pas eu le temps de vous le transmettre, c'est un ordre qui est tombé il y a une heure à peine directement de l’État-major...


Daniel ne comprenait pas vraiment, mais si c'était directement de l’État-major, vraisemblablement il ne pouvait pas blâmer son soldat. Il lui demanda d'aller chercher deux hommes pour vérifier les caisses. Quelques instants plus tard, ils arrivèrent avec des pieds de biches et les forcèrent. C'était des biens des fleurs, de types différents : asiatiques, européennes, tropicales, désertiques même, etc. Elles étaient protégées par une couche opaque emprisonnant l'humidité et fournissant une luminosité suffisante. A quoi pouvez penser l’État-major ?

- Bon, très bien. Puisque c'est un ordre d'en haut, rangez moi tout ça.
- A vos ordres, Docteur !
- Docteur, puisque vous êtes là je dois aussi vous prévenir qu'une livraison de stèles doit arriver bientôt.
- Des stèles maintenant ?... Bah, qu'importe ! J'attendrais votre rapport.

_________________
♫ Thème musical ♪


Dernière édition par Daniel Fellini le Sam 22 Fév 2014 - 21:12; édité 2 fois
Revenir en haut
Daniel Fellini
CTA
CTA

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2014
Messages: 186
Localisation: Vladivostok
Masculin
Gène: Naturel
Vaisseau: Pégasus
Niveau de pilote: 1
Appareil actuel: Zephyranthes
Poste: Capitaine de vaisseau
Grade: Capitaine
Lien vers présentation: URL
Lien vers hangar: URL

Posté le: Jeu 20 Fév 2014 - 12:32
Sujet du message: Le réveil du Pégasus
Répondre en citant

Installé dans son bureau, Daniel se connecta au réseau du vaisseau, il aperçu une alerte de messagerie lui indiquant avoir reçu quelques mails. Il y avait des rapports, notamment celui le prévenant de l'arrivée de la récente marchandise de fleurs expédiée il y a à peine quelques minutes. Mieux vaut tard que jamais soupira-t-il. Parmi la liste des messages référent au quotidien, un faisait état d'un ordre de transfert mais il n'eut pas le temps de le consulter car on l'interpella à l'interphone :

- Capitaine !? Ici Park, nous avons une fuite d'eau dans le secteur E-017 !
- Une fuite comment ?
- Une vrai inondation, nous avons condamné les secteurs adjacents pour éviter qu'elle se propage ! Il y a une brèche sous la coque, l'eau de mer s'y est engouffrée une fois qu'on a retiré la tuyauterie pour réparation ! Nous avons besoin de renforts immédiatement !
- Je vous envoie Bentner, terminé.


Sans attendre Daniel se saisit de son téléphone de service et prit contact avec Bentner pour qu'il s'occupe de ça, malheureusement il eut pour réponse qu'un intrus s'était infiltré à bord. Exaspéré, le capitaine lui ordonna d'aller aider Park, qu'il prenait le relais. Sans plus attendre il quitta à la hâte son quartier et retourna au hangar, là où ses soldats étaient aux prises avec l'inconnu qui ne voulait pas collaborer. A sa plus grande surprise, il reconnut l'inconnu en question.

- Docteur, cette femme refuse d’obtempérer, elle a forcé la sécurité et affirme être ici de plein droits sans pour autant pouvoir présenter de justificatifs, qu'est-ce qu'on fait ?
- Ne faîtes rien, je crois savoir de qui il s'agit...

Il s'approcha de la jeune femme pour en avoir le cœur net : cheveux sombres en chignon, yeux clairs, visage aux traits fins, plutôt petite... Oui, c'était bien elle.
- Que faîtes-vous ici Maria ?
- Daniel ? Je suis ici parce qu'on m'a dit d'y venir.
- Vous avez un ordre officiel à nous présenter ?

Elle ne répondit pas, interdite. Elle repris finalement en se répétant, mais sans ordre Daniel ne pouvait pas l'accepter. Afin de la ménager, il tenta d'en savoir plus.
- Bon, ok, calmons-nous. Soldats, baissez vos armes, vous voyez bien qu'elle n'ait pas armée !
- Ce n'est pas très prudent, Docteur...
- Qu'importe, nous sommes trois, il n'y a pas de risques. Bon, Maria, admettons que vous dîtes vrai, pourquoi seriez-vous affectée ici ?
- Je suis ici pour vous aider.
- Ah d'accord, et en quoi pouvez-vous m'aider ?
- Vous allez visiter les morts, je viens pour vous aider à les accompagner vers l'au-delà.


Daniel était embarrassé par cette réponse, c'était quoi cette femme ? Une exorciste timbrée ? Depuis quand l’État-major se souciait des malédictions ou autre chose du même genre ? Il savait pas si elle lui racontait des craques, quoiqu'il en soit il préférait rentrer dans son jeu pour la calmer. Sans insigne, sans papier, des propos étranges, rien qu'un uniforme officiel, cette femme avait tout les traits d'une folle qui avait échappé à la sécurité de la base...

- Ok Maria, vous êtes là pour m'aider... Comment comptez-vous vous y prendre ?
- En exécutant des rites.
- Euh... Oui, des rites, évidemment !... Bon, vous savez quoi, en attendant d'avoir confirmation de mes supérieurs, mes soldats vont vous accompagner jusqu'à votre... Euh chambre. D'accord ?

Elle réfuta d'un regard mauvais. - Non, je n'y retournerai pas !
Elle s'arrêta brusquement, les caisses de la précédente livraison étant en train d'être rangées, l'une d'elle perdit son couvercle en vacillant, laissant apparaitre les fleurs. Maria écarquilla les yeux et se précipita vers la caisse pour en vérifier le contenu. Daniel ordonna aux soldats de ne pas tirer, il la rattrapa en lui demandant ce qui n'allait pas.
- Vous ne pouvez pas entreposer mes fleurs comme de la vulgaire pacotille ! Vous devez immédiatement les amener dans mon laboratoire !
- Votre... Laboratoire, vous plaisantez ?
- Docteur, durant les travaux effectués sur le vaisseau nous avons fait aménager un labo, c'est peut-être de ça qu'elle parle...?
- Je sais Soldat. Bon très bien, amenez-là au labo et faîtes y ranger la cargaison de fleurs. Je vais aller régulariser sa situation.
- Vous êtes sûr, Docteur ?


Il hocha la tête pour approuver, les soldats s'exécutèrent. Maria s'approcha de Daniel pour le remercier sans plus de formalité. Il ne lui dit rien mais dans son regard il cherchait à lui faire comprendre de se tenir à carreau jusqu'à que sa situation soit au clair. Une fois qu'elle eut le dos tourné, Daniel se retira pour rappeler Park : la situation dans le niveau inférieur était sous contrôle, la fuite avait été temporairement colmatée, il ne restait plus qu'à réparer la brèche et à pomper l'eau. Enfin une bonne nouvelle, se réjouit-il. Il continua jusqu'à son bureau où il put reprendre la consultation. Un des messages était bien un ordre de transfert, il lui semblait qu'il l'avait vu tout à l'heure. Il l'ouvrit et eut accès au dossier de Mademoiselle Maria Lesca. C'était un docteur en théologie qui avait été mandaté par l'armée de l'assister dans ses recherches et aussi pour effectuer des cérémonies funéraires en l'honneur des soldats. L'armée exigeait qu'elles soient filmées puis transmises au plus vite pour que les familles des victimes en bénéficient. Touchante attention se dit Daniel, peut-être que le QG a à cœur de soigner son image auprès du public ? Étant donnée la longueur de la guerre, rien d'étonnant à cela. Un détails manqua de lui échapper, c'était un rapport annexe faisant état du transfert d'un Mobile Suit pour le pilote Maria Lesca. Ainsi elle n'avait pas raconté de balivernes. C'était plutôt rassurant, il devra s'excuser lorsque l'occasion se présentera, mais pour le moment il avait d'autres préoccupations. Juste avant de se replonger dans un rapport, il se remémora la réponse de Maria lorsqu'il voulut la conduire à sa chambre, elle lui avait répondu qu'elle ne voulait pas y retourner... Avait-elle compris son intention de l'amener en cellule ? Dans ce cas, elle aurait fait de la prison...? Boaf, qu'importe. Sa situation était régularisée, il avait contacté ses soldats pour la laisser libre et avait prévenu Bentner. Le reste, ça ne le regardait pas.

_________________
♫ Thème musical ♪


Dernière édition par Daniel Fellini le Sam 22 Fév 2014 - 21:14; édité 1 fois
Revenir en haut
Daniel Fellini
CTA
CTA

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2014
Messages: 186
Localisation: Vladivostok
Masculin
Gène: Naturel
Vaisseau: Pégasus
Niveau de pilote: 1
Appareil actuel: Zephyranthes
Poste: Capitaine de vaisseau
Grade: Capitaine
Lien vers présentation: URL
Lien vers hangar: URL

Posté le: Jeu 20 Fév 2014 - 13:12
Sujet du message: Le réveil du Pégasus
Répondre en citant

Le journée s'achevait enfin, une rude journée pour le Capitaine Fellini puisqu'il eut à supporter à la fois le problème des eaux et le cas de Maria. Petit à petit l'équipage se rendait dans les dortoirs et les équipes de nuits s'installaient à leur poste. Ce soir le Lieutenant Matevsti était de garde, il avait tenu à veiller pour s'assurer qu'aucun incident ne se passe. Il avait eu vent des problèmes de la journée et n'était pas tranquille. Daniel tenu à lui rendre visite à la passerelle, c'était l'endroit où il préférait le mieux travailler alors que Daniel aimait plutôt occuper son bureau de capitaine tant qu'ils n'étaient pas en mission. Petr regardait à travers le pare-brise où il pouvait apercevoir les locaux de la base autour où brillaient quelques lumières ici et là témoignant de la présence d'autres équipes. Il fut content de voir le Capitaine arriver, ils n'avaient pas trop eu l'occasion de discuter jusqu'à présent.

- Tout va bien Matevsti ?
- Oui, Docteur. Il n'y a rien à signaler pour le moment. Et vous ?
- Oh, à part que je ne pensais pas qu'être Capitaine était aussi fatiguant, tout va bien. J'espère juste que je pourrais m'intéresser à un moment ou un autre à mes recherches car je suis surtout là pour ça.
- Vous savez que vous pouvez compter sur moi si jamais.
- Je le sais Matevsti, mais pour le moment nous ne sommes pas encore parti donc je peux me concentrer entièrement sur ma fonction, ça me forme plus vite !
- Ah, ah ! C'est vrai. Vous commencez à aimer la vie à bord alors ?
- Assez, je fais connaissance peu à peu avec l'équipage, nous avons je pense de braves soldats. Enfin, il reste encore quelques absents que j'espère viendront rapidement.
- J'ai lu que nous avions reçu notre première pilote mais que c'était une théologienne. Elle a posé problème à Bentner apparemment.
- Oui, nos supérieurs n'ont pas été assez intelligent pour lui fournir tout l'équipement réglementaire, j'ai dû la croire sur parole jusqu'à avoir reçu par courriel les ordres. Maintenant tout est bon, elle a reçu ses affaires et ses papiers.
- D'accord. Tchen m'a approché tout à l'heure, il a eu vent aussi de ces problèmes. Il souhaitait que nous gardions un oeil sur elle et de ne pas hésiter à lui faire un contrôle psychologique.
- Ouais, il est venu me faire son discours Mardi, d'ailleurs c'est lui qui a insisté pour faire un nouveau contrôle des installations. Il a bien fait, je ne manquerai pas de le noter dans mon rapport.
- C'est un bon médecin. Nous devrions écouter ces recommandations. N'oubliez pas Docteur que nous sommes avant tout des professionnels, vous êtes un civil certes mais vous êtes soumis au même règlement que nous...
- Que voulez-vous insinuer ?

Il fit un sourire coquin, Daniel s'esclaffa.
- Oh, ah ah, non ! Ne vous inquiétez pas, même s'il est vrai qu'elle est plutôt jolie, je ferais mon devoir avant tout.
- Heureux de l'entendre !


La discussion continua encore de bonnes dizaines de minutes. Ils échangeaient sur leurs expériences respectives, Petr était un jeune officier de la marine qui était sortie de l'école de Saint-Petersbourg, il avait une compagne qui l'attendait là bas avec qui il s'était marié peu avant d'embarquer. C'était son premier voyage comme Second, auparavant il était à bord de petits vaisseaux de patrouilles en tant que Matelot puis officier de pont. Il lui avoua au début qu'il était dubitatif quant au fait qu'il devrait le servir lui, un civil, mais finalement il appréciait sa compagnie et pensait qu'il pouvait être un bon capitaine. Après bien sûr rien ne valait une véritable expérience sur le terrain, il était à la fois excité et méfiant, comme à chaque sortie il redoutait de ne jamais pouvoir revenir mais si c'était pour la bonne cause, il était prêt à donner son âme pour la survie de sa Patrie et de sa famille. Daniel lui promit qu'il n'aurait pas besoin d'en arriver là et qu'ils rentreront tous vivant de chacune de leur mission, et ce jusqu'à la fin de la guerre. Sur ces belles paroles, il finit par prendre congé et lui souhaita bon courage pour la surveillance.

_________________
♫ Thème musical ♪


Dernière édition par Daniel Fellini le Sam 22 Fév 2014 - 21:15; édité 1 fois
Revenir en haut
Daniel Fellini
CTA
CTA

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2014
Messages: 186
Localisation: Vladivostok
Masculin
Gène: Naturel
Vaisseau: Pégasus
Niveau de pilote: 1
Appareil actuel: Zephyranthes
Poste: Capitaine de vaisseau
Grade: Capitaine
Lien vers présentation: URL
Lien vers hangar: URL

Posté le: Ven 21 Fév 2014 - 10:42
Sujet du message: Le réveil du Pégasus
Répondre en citant

La première journée de Maria à bord du Pégasus s'était passée sans encombre. Elle avait passé son temps à s'approprier le laboratoire du vaisseau en y installant ses fleurs, ses stèles, et toutes sortes d'instruments et de bouquins exotiques. Daniel avait été prévenu de ces transformations, certains se demandaient pourquoi il les tolérait, à la base ce quartier du vaisseau avait été retapé spécialement pour lui et il semblait finalement l'abandonner. D'autres émettaient l'hypothèse que c'était son assistante, ou encore qu'elle avait un lien privilégié avec le capitaine. Les rumeurs allaient bon train, mais Daniel n'en avait pas conscience ou feintait-il de ne pas les savoir. Il n'abordait jamais le sujet et engageait la conversation sur autre chose. Il n'y avait qu'avec le Lieutenant Matevsti qu'il abordait vraiment le sujet et celui-ci n'hésitait pas à le défendre. Ils pensaient qu'il fallait juste un temps d'adaptation au personnel de bord pour s'habituer à cette nouvelle présence, que les rumeurs s'estomperaient d'elles-mêmes. Quoiqu'il en soit, d'autres choses plus importantes étaient à faire, comme par exemple signaler l'avarie du Pégasus et effectuer sa réparation complète. Pour cela, un premier test de poussée verticale contrôlée fut effectué pour mettre hors d'eau le vaisseau, ils auraient très bien pu vider le dock mais Petr avait conseillé d'en profiter pour voir si les propulseurs de stabilité étaient en état de marche. Le lendemain, le vaisseau était opérationnel.

- Il nous manque combien de personnes Matevsti ?
- Nous devrions recevoir le transfert de trois pilotes, Docteur. Malheureusement nous n'avons reçu qu'un seul dossier, un certains Andreï Avilov. J'ai contacté le Général pour connaitre sa date d'arrivée, il m'a répondu qu'il était actuellement retenu par une mission sur Terre mais que celle-ci était classée Secret Défense, du coup il ne peut nous en dire plus.
- Vous croyez que c'est un agent secret de la fédération ou un truc dans le genre qui serait là pour nous surveiller ?
- Ça m'étonnerait que la Fédération s'inquiète autant pour notre sort, surtout vu l'importance stratégique de notre mission...


Daniel acquiesça, même s'il restait songeur, après tout ils étaient sur le Pégasus, un bon vaisseau considéré comme un bijou à son époque. Il balaya l'écran de contrôle de la passerelle, lui et son lieutenant était en en train de vérifier tout les paramètres du vaisseau en vue d'une simulation de vol. État des réacteurs, condition de l'alimentation, chargement des propulseurs, fluidité des circuits de refroidissement, jauges d'huile, pressurisation des compartiment, état de la coque, condition du milieu environnant... Rien n'était laissé au hasard. Le premier essai eu lieu une vingtaine de minutes plus tôt et fut une catastrophe car ils avaient oublié d'alerter le personnel et qu'une des portes du vaisseau n'avait été fermée. Sur Terre ce n'était pas bien grave mais dans l'espace cela aurait conduit à de graves pertes. C'est un peu tendu que Daniel allait lancer le deuxième essai :

- Bien, est-ce que tout le monde est prêt ?
- Oui, Capitaine.


Dans cette situation, même Matevsti le nommait par son "grade", cela mettait un peu la pression à Daniel qui évacua en prenant de grandes bouffées d'airs. A tour de rôle chaque opérateur de la passerelle signala l'état de chaque système et secteur clef, tous répondirent positivement, la simulation semblait bien se dérouler. Cette fois-ci, lorsqu'il eut confirmation de son second de l'état opérationnel du Pégasus, il ordonna :

- A tout l'équipage, le vaisseau s'apprête à partir. Tout le monde en position !
- Propulseurs chargé à 30% de leur puissance !
- Vue dégagée, nous pouvons y aller, mon Capitaine !
- Dans ce cas... Pégasus, décollage ! En avant lentement !


Et le vaisseau s'envola sans le moindre problème... Mais ce n'était qu'une simulation. Les opérateurs se félicitèrent, de nouveaux tests seraient effectués plus tard mais pour le moment d'autres affaires attendaient les officiers du vaisseau. Daniel repartit à des tâches plus communes avec un sourire aux lèvres, lui qui avait émis un gros doute après le premier raté était heureux de cette réussite. Il avait bon espoir que les prochaines simulations de vols aient le même succès.

_________________
♫ Thème musical ♪


Dernière édition par Daniel Fellini le Sam 22 Fév 2014 - 21:16; édité 1 fois
Revenir en haut
Daniel Fellini
CTA
CTA

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2014
Messages: 186
Localisation: Vladivostok
Masculin
Gène: Naturel
Vaisseau: Pégasus
Niveau de pilote: 1
Appareil actuel: Zephyranthes
Poste: Capitaine de vaisseau
Grade: Capitaine
Lien vers présentation: URL
Lien vers hangar: URL

Posté le: Ven 21 Fév 2014 - 12:33
Sujet du message: Le réveil du Pégasus
Répondre en citant

Profitant d'un moment de répit, Daniel alla faire ses exercices physiques quotidiens à la salle de sport du vaisseau. Il pourrait plutôt privilégier celle de la base, plus grande et mieux équipée mais il tenait à utiliser les installations du vaisseaux pour rapidement s'y habituer et surtout marquer sa présence auprès de l'équipage. La musculation n'était pas quelque chose qu'il adorait, bien au contraire mais il lui était exigé d’entretenir une certaine forme physique à défaut de rattraper son retard par rapport aux autres soldats, ne serait-ce que pour ne pas développer le mal de l'espace une fois en orbite. On lui avait proposé un programme spécial d'entrainement avec montée en puissance progressive. Motivé par la réussite à la simulation, Daniel en fit un peu trop et finit par se blesser. Aussitôt il se rendit à l'infirmerie où il fut examiné par Tchen.

- Je vous avais pourtant prévenu Capitaine, si vous forcez trop vous risquez de vous blesser.
- Je sais... Aïe ! Ça tire votre truc !
- Bon, ce n'est pas grand chose, vous vous êtes juste froissé un muscle, votre bras devrait s'en remettre après quelques jours de repos. En attendant, je vous déconseille tout effort physique intense avec.

- Ah ça... Daniel sourit, Tchen le regarda les sourcils froncés.
- Vous essayez de plaire à qui comme ça ?
- A personne. Pour tout vous dire, j'ai été un peu trop enthousiasme à la suite de ma première simulation réussie. Ça arrive à n'importe qui, ne vous imaginez pas des trucs, ah ah !
- Aaah, ah, d'accord mon Capitaine. Il m'arrive aussi de faire un peu de zèle quand j'ai réussi une opération. Montrez vous juste plus prudent à l'avenir.
- Ne vous inquiétez pas, je suis solide !

Ils échangèrent un sourire, puis le visage de Tchen s'assombrit un peu. Quelque chose semblait le tracasser. Il laissa Daniel remettre sa veste et l'accompagna jusqu'à la porte de l'infirmerie. Avant qu'il ne parte il l'interpella :
- Capitaine, vous êtes au courant des rumeurs ?
- Quelles rumeurs ?
- Hé bien, il parait que... Enfin, comment vous dire, vous seriez plutôt proche de...
- Ah, ça !... Ce ne sont que des rumeurs voyons. Concentrez vous sur votre travail, nous avons besoin de votre pleine capacité d'agir pour faire des miracles !
- Oui ! Mais... Soyez prudent tout de même... Enfin bon, je vous laisse. Revenez me voir si la douleur persiste.
- Aucun problème !


En entrant dans l'ascenseur, Daniel repensa à ce que Tchen lui dit. Qu'est-ce qu'ils avaient tous avec cette rumeur ? Est-ce le fait qu'il y ait une femme à bord qu'il ait "défendu" à son arrivé qui les dérange ? Daniel trouvait ça grotesque mais écoutant les conseils du Lieutenant, il continuait à faire mine de pas s'en soucier. Il se rendit au poste de sécurité du vaisseau, là où sont contenues les cellules. Bien que l'armement d'infanterie et le matériel de lutte contre les catastrophes du type incendie ou pollution soient du ressort de la sécurité, ceux-ci étaient entreposés ailleurs pour éviter notamment en cas d'évasion qu'un prisonnier ne puisse facilement accéder à une arme. Un adjoint de Bentner était en poste, il appela son supérieur lorsque le Capitaine se présenta à lui. Le quartier-maître le salua chaleureusement, il ne l'attendait pas de si tôt. En effet Bentner avait demandé au capitaine de passer le voir pour discuter d'un point en particulier.

- Comme le vaisseau va pas tarder à décoller, j'ai aussi fait des simulations : test des armes, des bombes anti-incendies, des combinaisons anti-corrosion, et j'en passe. Ceux-ci répondent aux normes mais je ne suis pas sûr que dans l'état actuel du vaisseau, avec un équipage réduit et des compartiments remaniés, la disposition des stocks soient efficaces. Avec un service plus grand en effectif je pense que ça serait gérable, mais là vu que j'ai moins d'hommes, ça reste un peu compliqué.
- Vous voulez déplacer les armes ?
- Oui, mais pas que. J'ai repensé les plans de l'organisation anti-incendie, anti-intrusion et anti-pollution du vaisseau. Pour que notre réaction soit optimale, il faudrait je pense déplacer les stocks comme indiqué sur cette carte.
- Cela me semble plus pertinent, je vais en parler avec le Lieutenant Matevsti et je vous tiendrais au courant de nos conclusions.
- Merci, Capitaine. Ah, je voulais vous demander quand aurait lieu la simulation grandeur nature du vaisseau.
- Grandeur nature ?
- Vous ne prévoyez pas de tester le vaisseau en mobilisant tout l'équipage ?
- Si, si bien sûr, mais pour le moment il nous manque encore du personnel, comme les pilotes de MS.
- Ah... J'espère qu'ils seront bientôt là.
- Je le souhaite aussi, c'est le brouillard complet pour nous aussi. L’État-major ne nous informe qu'à la dernière minute... Enfin bon, si vous le souhaitez, nous pouvons faire des simulations sur l'armement du vaisseau, je suppose que c'est à ça que vous pensiez à la base ?
- Oui, en effet !
Se réjouit Bentner. Je n'osais pas vous le demander, mais j'aimerais beaucoup vérifier la réactivité de nos boucliers, ou de nos CIWS. Je n'ai pas eu l'occasion de voir si mes réglages étaient bons.
- Pour le CIWS je comprends, mais le bouclier, ce n'est pas du ressort de Park ?
- Oh Park et moi travaillons beaucoup ensemble, pour le bouclier nous avons collaboré bien sûr. Mais lui il est plus sur les systèmes, les ordinateurs, les machines, la programmation quoi. Moi je suis plutôt dans les outils de défense, je m'arrange juste pour qu'on ait aucun problème et de les régler s'il y en a.
- C'est un peu notre ingénieur et vous le sapeur-pompier en gros ? Ah ah !
- Oui, Capitaine ! On peut dire ça comme ça ! Au fait, un dernier sujet m'inquiète.
- Quoi donc Bentner ? Une autre faille dans le dispositif de sécurité selon vous ?
- Oui, enfin je crois. Je ne suis pas botaniste mais les fleurs qu'on a ramené là... Elles doivent servir à quoi ?
- A décorer, je pense. Non sans rire d'après le rapport que j'ai reçu c'est pour des cérémonies à la mémoire des disparues.
- Ok. C'est pas fait pour des tests bizarres alors. Vous me rassurez car j'aurais pas aimé que le vaisseau soit infesté par de la végétation mutante !
- Roh, qu'est-ce que vous racontez ! Vous avez une imagination débordante, Maître ! Ah ah !
- Hé hé, content de vous avoir fait rire ! Toutefois faites attention aux végétaux, dans les histoires qu'on me lisait quand j'étais petit, on me disait que les femmes s'en servaient pour faire du poison.
- Ah ah ah, je n'oublierais pas ! Allez, je vous laisse Bentner, je vous tiens au courant pour les simulations.
- Capitaine.

_________________
♫ Thème musical ♪


Dernière édition par Daniel Fellini le Sam 22 Fév 2014 - 21:17; édité 1 fois
Revenir en haut
Daniel Fellini
CTA
CTA

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2014
Messages: 186
Localisation: Vladivostok
Masculin
Gène: Naturel
Vaisseau: Pégasus
Niveau de pilote: 1
Appareil actuel: Zephyranthes
Poste: Capitaine de vaisseau
Grade: Capitaine
Lien vers présentation: URL
Lien vers hangar: URL

Posté le: Ven 21 Fév 2014 - 15:39
Sujet du message: Le réveil du Pégasus
Répondre en citant

Une fois n'était pas coutume, Daniel errait dans le vaisseau. Il n'avait pas très envie de se plonger dans les dossiers et pour retarder l'arrivée à son bureau, il empruntait des chemins détournés qui le conduisirent à son laboratoire. La pièce était spacieuse, elle servait auparavant à stocker du matériel plutôt dangereux pour l'équipage et donc bénéficiait d'une herméticité adaptée. On entendait très peu les bruits des compartiments adjacents, c'était un lieu plutôt paisible qui surprit Daniel. Chose encore plus surprenante était la délicieuse odeur qui en émanait, pourtant les fleurs ne devaient-elles pas rester dans les caisses ? Jusqu'à présent il ne s'était jamais approché du lieu de peur de croiser Maria et de faire une bavure, il aurait voulu attendre que l'équipage se calme un peu avant de venir mais sa silhouette dépassant du bas de la porte le trahit :

- Daniel ? Vous êtes venus inspecter les lieux ?
- Oh ! Euh... Oui, je voulais voir un peu ce que vous aviez fait au Labo... Ratoire...


Sur des tables avaient été étalées les caisses, elles étaient remplis de terres qui étaient elles recouverte d'herbes et de fleurs. Des petites tuyauteries suspendues les rafraichissaient tandis que des lampes leur assurait un bain de lumière. Sur d'autres semblaient se côtoyer instruments de distillations mais aussi des bouquins et des feuilles éparpillées. Les étagères quant à elles accueillaient outre ces propres ouvrages historiques, des livres de théologies mais aussi de botaniques et d'autres thèmes étranges.

- Comme vous pouvez le voir, je m'en suis bien occupé.
- Je vois ça, je n'aurais pas fait mieux moi-même, hé...

Il ne savait pas comment réagir, sa voix sonnait faussement, il ne voyait pas trop comment il pourrait faire ces recherches avec tout ça... Tant pis, il prendrait une pièce près du hangar.
- Je suis désolé, Daniel.
- Pourquoi ?
- Je vous ai pris votre espace de travail... Et vous ait donné une drôle de réputation auprès de vos hommes.
- Ah ?! Vous êtes au courant pour les... Euhm, ce ne sont que des rumeurs, faut pas les écouter. Ça passera...
- Oui, c'est pour ça que vous ne vouliez pas me voir.
- Non, mais... Bon, et si vous m'expliquiez ce que vous faites ?

Elle plongea ses yeux clairs dans les siens, Daniel eut l'impression de tomber dans un abime, comme si elle était en train de lui sonder le plus profond de son âme. Cette femme... Elle était vraiment étrange. Il n'osait rien dire, sa gorge était comme paralysé. Après quelques secondes, elle détourna son attention sur sa petite mixture emprisonné dans un ballon de verre.

- J'extrais l'essence d'une fleur. Vous avez été attiré par le parfum n'est-ce pas ?
- Oui, je trouvais ça étrange... Cela vous sert à quoi ?
- A rien. J'aime le parfum, c'est tout.

Elle reposa le ballon maladroitement, elle attrapa un sachet contenant des petites graines un peu précipitamment.
- Vous savez ce que c'est ?
- Des graines ?
- Oui, mais ce sont des graines spéciales. Mise en terre, si elles sont nourries et irradiées comme il faut, en quelques jours elles germent et donne une fleur capable de résister au froid spatial. Celles que vous voyez là sont issues de cette transformation, quand elles seront matures j'en ferais un bouquet pour les âmes défuntes.
- Stupéfiant, mais vous êtes botanistes ou théologienne ?
- Je suis... C'est mon père qui a mis au point ces graines pour moi, il voulait que je puisse contempler éternellement les fleurs qu'ils m'offrent.
- Mais nous ne sommes pas dans l'espace pourtant.

Il se tut comme s'il eut dit une bêtise. Maria le regardait attristée, ou alors ce n'était que son impression...
- Si vous voulez Daniel, je vous montrerais quelque chose plus tard. Vous voulez savoir autre chose ?
- Ben...

En se grattant la tête il fit un faux mouvement qui réveilla sa blessure. Maria s'approcha de lui, très près. Daniel sentit la chaleur de sa main se glisser sous sa veste pour découvrir son bras, elle tata le muscle froissé qui lui fit échapper un cri douloureux.
- Le docteur vous a donné un médicament je suppose. Je n'aime pas les médicaments, vous saviez que d'anciennes sociétés utilisaient de toutes autres méthodes pour soigner la douleur ?
- Oui, mais je ne les ai jamais étudié, je me suis spécialisé dans le... AYEUH !!

Elle venait de le faire s'asseoir de force sur un tabouret en pressant sa blessure. Elle massa délicatement son muscle, une sensation plutot agréable envahit Daniel.
- Détendez-vous Daniel. J'ai étudié toute sorte de religion, et certaines faisaient appel à l'énergie vitale. Elles pensaient que pour être saint il fallait savoir répartir l'énergie de son corps harmonieusement, sans quoi des tensions se créent. Bien sûr je suis sur ce vaisseau pour mettre en application mes connaissances sur la Mort, mais je pense que vous préférez vivre n'est-ce pas ?

Elle lui sourit, c'était très furtif mais c'était un sourire quand même. Daniel ne pensait pas qu'elle en était capable, elle semblait pourtant si étrange et éloignée, et là elle était à ses côtés à lui... Répartir son énergie. Avant l'ère cosmique on avait appelé ça de la médecine douce mais cette pratique avait été abandonnée avec l'avènement des nouvelles technologies médicales supérieures. Pourtant il n'eut jamais eu une sensation aussi agréable, à moins que cela venait d'ailleurs ?...

Maria le releva au bout de quelques minutes. Ils étaient restés tout ce temps assis sans rien dire, juste à apprécier la présence de l'autre respectueusement. Un peu gêné, Daniel la remercia, il lui promis de lui présenter son aide pour toute les fois où elle en ferait la demande. Elle se contenta de lui sourire à nouveau brièvement, avant de presque le sermonner de ne pas recommencer à forcer sur son corps. C'est l'esprit léger que Daniel quitta le laboratoire, il ne pensait plus du tout à son travail, il fallut un soldat essoufflé dans un couloir pour lui rappeler que la troisième simulation devait débuter dans cinq minutes et que le Lieutenant Matevsti l'attendait d'urgence en passerelle.
_________________
♫ Thème musical ♪


Dernière édition par Daniel Fellini le Sam 22 Fév 2014 - 21:19; édité 1 fois
Revenir en haut
Daniel Fellini
CTA
CTA

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2014
Messages: 186
Localisation: Vladivostok
Masculin
Gène: Naturel
Vaisseau: Pégasus
Niveau de pilote: 1
Appareil actuel: Zephyranthes
Poste: Capitaine de vaisseau
Grade: Capitaine
Lien vers présentation: URL
Lien vers hangar: URL

Posté le: Sam 22 Fév 2014 - 12:02
Sujet du message: Le réveil du Pégasus
Répondre en citant

C'était déjà la fin de semaine, le Pégasus n'avait toujours pas quitter le port alors que son capitaine était à bord depuis près d'une semaine. Même si c'était la guerre, étant en attente l'équipage reçut l'autorisation de la base de prendre congé en ville s'il le souhaitait pour les deux jours qui suivent. Une partie cependant devait se porter volontaire pour veiller sur le vaisseau, un groupe se constitua autour du lieutenant Matevsti malgré que Daniel eut voulu prendre sa place. Son lieutenant le convaincu en lui avançant qu'il en profiterait avec le Quartier-Maître Bentner pour réorganiser un peu le vaisseau d'un point de vue sécurité. Les soldats autorisés à sortir n'étaient pas obligés de rester groupés mais pour leur propre sécurité et puis aussi parce qu'ils ne connaissaient que leurs camarades d'armes dans cette ville, ils le restèrent. Ce n'était pas le cas de Daniel qui, même s'il entretenait des relations cordiales avec ses subalternes, il y avait un rapport hiérarchique important qui l'en tenait distant. C'est seul qu'il sortit de la forteresse navale, et pour l'occasion il avait pu laisser tomber l'uniforme serré pour des vêtements civils légers et confortables. Pour autant il gardait quelques affaires dans un sac en bandoulière et une arme de poing dans le revers de sa veste.

Le premier réflexe de Daniel fut de marcher jusqu'au quai. Le soleil venait de sortir de l'horizon et son reflet aveuglant empêchait de voir la mer. Daniel pouvait sentir la chaleur de ses rayons traverser son épais manteau pour atteindre sa peau puis réchauffer son organisme alors qu'une brise maritime venait caresser ses cheveux. Il resta un petit moment debout comme cela, les yeux fermés, la tête enivrée. Aucune pensée ne venait le perturber, son travail attendrait Lundi, la guerre attendrait Lundi, ses soldats atteindrait Lundi, la paix, voilà, juste la paix... S'il devait mourir Lundi, ça ne serait pas avant ce week-end où il vivrait pleinement. Il inspira profondément, puis souffla en se relâchant. Il ouvrit les yeux et esquissa un sourire, ce bain de soleil l'avait gonflé à bloc. Son énergie vitale était bien répartie comme dirait Maria... Euhm, d'ailleurs avait-elle pris congé, se demanda-t-il soudainement. "Peut-être que je la croiserai en ville...?" Que ce soit le cas ou non, il fit mine de s'en moquer. Il reprit la marche le long du port et bifurqua petit à petit vers le centre ville.

Midi sonnait, Daniel passa devant de nombreux petits restaurants, la plupart proposait un mélange de spécialités locales avec des plats typiquement eurasien comme la base en propose déjà mais en moins bonne qualité bien entendu. Il erra pendant de bonnes dizaines de minutes avant de trouver son bonheur : un restaurant français. Il rêvait de pouvoir manger un plat comme il s'en fait dans son pays depuis très longtemps, c'est sans hésité qu'il entra et qu'il s'adressa au serveur.

- Bonjour Monsieur, que puis-je pour vous ?
- Je voudrais prendre un repas ici, il vous reste de la place ?
- Oui, oui ! Prenez la table devant la fenêtre, vous mangez seul ?
- Exact.
- A entendre votre ton, vous, vous êtes un militaire n'est-ce pas ?
- Ah, euh... Ça se pourrait, hé hé !...
- Soyez tranquille, nous avons l'habitude d'en recevoir ! Allez-y, installez-vous !


Soigneusement il prit place devant une des fenêtres du restaurant. D'ici il pouvait surveiller les allées et venues des passants et admirer une magnifique petite fontaine qui faisait guise de place et de carrefour piéton. Une patrouille armée apparut, c'était surement des gars de la base, il en avait croisé plusieurs en chemin. Au moins eux pouvaient circuler régulièrement et ne pas rester cloîtrer dans un vaisseau lui-même enfermé dans une forteresse...

- Quelque chose ne va pas Monsieur ?
- Non, rien, rien ! J'étais perdu dans mes pensées.
- Vous avez choisi votre entrée ?
- Je vais prendre une salade, merci.
- Vous voudriez un rafraichissement avec ?
- Vous avez du Rouge français ?
- Nous en avons un peu... Mais le réapprovisionnement étant très difficile depuis que ZAFT a attaqué le pays, les prix ont explosé... De même pour tout les vins européens en fait. Je peux vous conseiller un alcool régional si vous le souhaitez.
- Je me contenterais d'un verre d'eau, merci.


Le restaurant proposait des chaînes en français, c'était un vrai îlot d'expatriés. Entre deux services, Daniel discuta avec le gérant qui dit être originaire de Nantes, il est parti à Vladivostok rejoindre un cousin car les affaires étaient moroses chez lui. Il était ici depuis quelques années déjà et redoutait toujours que ZAFT attaque, sans parler des terroristes... Tout comme Daniel, il était très inquiet de l'occupation de la France et espérait qu'un jour le pays pourrait être libéré, même si en fait c'est toute la planète qui était menacée. Un des serveurs témoigna qu'il avait très peur, c'était un ami proche du patron, il l'avait suivi en laissant sa famille derrière lui avec qui il était en conflit. Cependant il avouait qu'il ne se passait pas un jour sans qu'il ne pense à eux et ne prie pour leur vie. Finalement Daniel termina son repas sur le bar à discuter. Le patron lui racontait des anecdotes sur les clients, il n'aimait pas les militaires car ils étaient pour la plupart grossiers et plein de préjugés, mais lui il le trouvait sympa. Daniel ne lui avoua pas qu'il était juste un civil mandaté par l'armée, il prenait conscience qu'en gérant un vaisseau il devenait lui-même un militaire dans le fond... Le gérant lui apprit que la ville devait suivre un couvre-feu contraignant pour les affaires, à vingt et une heure pile tout devait être fermé. C'était pire dans d'autres villes donc il s'en contentait, mais s'il pouvait s'en passer il le ferait. Après avoir payé sa consommation, Daniel resta encore un peu discuter puis finit par quitter le restaurant en souhaitant bonne continuation à ses hôtes.

_________________
♫ Thème musical ♪


Dernière édition par Daniel Fellini le Sam 22 Fév 2014 - 21:20; édité 1 fois
Revenir en haut
Daniel Fellini
CTA
CTA

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2014
Messages: 186
Localisation: Vladivostok
Masculin
Gène: Naturel
Vaisseau: Pégasus
Niveau de pilote: 1
Appareil actuel: Zephyranthes
Poste: Capitaine de vaisseau
Grade: Capitaine
Lien vers présentation: URL
Lien vers hangar: URL

Posté le: Sam 22 Fév 2014 - 15:31
Sujet du message: Le réveil du Pégasus
Répondre en citant

La journée approchait de sa fin, le soleil commençait à redescendre dans le ciel. Toujours continuant à marcher dans la ville, Daniel emprunta un chemin vers une des collines dominant la baie de la Corne d'Or, ses pas l'amenèrent par hasard vers l'ancienne église catholique de Notre-Dame. C'était un grand bâtiment rouge au style gothique oriental datant de l'ancien ère, une merveille architecturale qui a été jusque lors épargnée. N'étant pas grand croyant, c'est timidement qu'il entra dans l'édifice, tout de suite il fut émerveillé par la beauté des dorures accompagnant les quelques fresques ornant les murs. Il prit soin de ne pas déranger les fidèles en posant doucement le pied sur le sol à chaque pas.

Daniel s'assit sur un banc au milieu de l'édifice pour pouvoir mieux le contempler. Il éprouvait un profond respect pour ce lieu de paix, il souhaitait au fond de lui que la guerre ne puisse entamer aucun endroit semblable qui permettait, pensait-il, de se recueillir surtout lors des moments de douleurs. Une femme le rejoint, amplement vêtue. Il ne fit pas attention à elle, continuant à observer le vitrail, les statuettes, les fresques... Il y avait même un vieil orgue qui n'avait sans doute plus servi depuis bien longtemps. La femme lui chuchota des choses, en rapport avec le culte, mais aussi avec l'histoire de l'église, ses difficultés, sa place parmi les habitants, etc. Daniel écoutait attentivement, ce qu'elle lui disait lui paru fort intéressant, apaisant même. Il répondit qu'il n'était pas un fidèle, juste un curieux, qu'il faisait la guerre parce qu'on lui avait demandé... La femme posa sa main chaleureuse sur la sienne, elle lui répondit d'oublier ses craintes, qu'elle était comme lui. Puis, tout comme elle était arrivée, elle s'en alla.

Daniel avait eu l'impression de connaître cette femme, comme si sa voix lui était familière, comme s'il avait déjà ressenti sa douce chaleur, mais il n'avait pas fait attention à son visage et ses vêtements ne permettaient pas de la distinguer d'une autre. "Une femme comme moi, qui fait la guerre parce qu'on lui aurait demandé...? Non, se pousserait que...!?" Il se leva en hâte et retourna à l'extérieur. Malheureusement la silhouette avait disparu. Il courut quelques instants dans une direction, mais rien. C'était comme s'il avait eu une apparition. "Maria..." Se reprenant, il secoua la tête et rebroussa chemin vers le haut de la colline qu'il avait prévu de visiter.

Il y avait une petite place, sécurisée par des barrières en bois évitant à quiconque de dévaler la pente malencontreusement. Au milieu de celle-ci trônait une statue de pierre de quelques mètres, un homme portant une croix catholique. Daniel admira l’œuvre, il repensa à la conversation qu'il eut dans l'église, les mots et les images se bousculaient. Il tourna les talons vers la vue qu'offrait la place, il s'avança lentement jusqu'à pouvoir s'appuyer sur la barrière. D'ici la forteresse était très bien visible, elle occupait la pointe Sud de la ville et défiait tout navire non homologué de rentrer dans le port. Pendant près d'une semaine il était rester enfermé dans ce cocon d'acier, il n'avait franchement pas envie d'y retourner. Il finit par s'asseoir sur le rebord bien qu'un panneau l'en déconseillait. Il admira la vue pendant une heure au moins, le temps que le soleil disparaisse complètement dans l'Occident.

La nuit tombait. Il pouvait choisir d'aller dans un bar pour s'amuser et croiser peut-être quelques camarades, ou bien dans un autre lieu de divertissement, sinon il pouvait décider de retourner à la forteresse pour y dormir. Aucune de ces possibilités ne lui plaisait, il préféra chercher une chambre où se reposer, un vrai lit ne lui ferait pas de mal se disait-il. Il choisit un hôtel pas très éloigné du port, à l'étage. De la fenêtre il pouvait admirer les étoiles et surtout la Lune. Là-haut, les conflits étaient fréquents, les hommes qui y étaient devaient le regarder avec envie, jalousant sa vie terrienne que bientôt de toute façon il devra abandonner pour se lancer à son tour dans le conflit le plus meurtrier de l'Histoire.

_________________
♫ Thème musical ♪


Dernière édition par Daniel Fellini le Sam 22 Fév 2014 - 21:20; édité 1 fois
Revenir en haut
Daniel Fellini
CTA
CTA

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2014
Messages: 186
Localisation: Vladivostok
Masculin
Gène: Naturel
Vaisseau: Pégasus
Niveau de pilote: 1
Appareil actuel: Zephyranthes
Poste: Capitaine de vaisseau
Grade: Capitaine
Lien vers présentation: URL
Lien vers hangar: URL

Posté le: Sam 22 Fév 2014 - 19:46
Sujet du message: Le réveil du Pégasus
Répondre en citant

Daniel courrait, il courrait à en perdre haleine. Devant lui, il y avait une ombre, cette silhouette sombre qu'il avait aperçu à l'église. Il courrait, elle s'éloignait, et pourtant elle était immobile... Il tendit la main pour essayer de l'attraper mais son bras était trop court, il ferma le poing et soudainement le sol se déroba sous lui. Il n'avait échappé à une chute mortelle dans une crevasse d'un rien en saisissant une main amicale, chaleureuse... C'était elle, la silhouette, elle le tenait. Daniel voulut lui crier de l'aider à remonter mais il n'y parvenait pas. Un sourire se dessina sur le visage de l'ombre, elle le lâcha. Et il tomba, tomba, tomba longtemps...

- Maria !!!

C'est tout en sueur que Daniel se réveilla. Autour de lui, il n'y avait pas de silhouette, juste une chambre meublée. Où était-il, que faisait-il ici ? C'est en jetant un œil sur la fenêtre qu'il se souvint être dans un hôtel. Le souffle court, il s'assit au bord de son lit pour se calmer et reprendre ses esprits. Il massa son bras blessé de la veille, il ne ressentait plus aucune douleur. Les médicaments de Tchen était très efficace, à moins que ça soit Maria...? Maria... Cette femme occupait un peu trop son esprit à son goût, il rageait contre lui-même de voir son nom revenir sans cesse dans sa tête. Il prit une douche glacée pour se changer les idées, lorsqu'il revint dans la chambre il remarqua que le Lieutenant Matevsti avait essayé de le joindre à plusieurs reprises. Il le rappela :

- Matevsti, que se passe-t-il ?
- Ah, Docteur, j'ai cru que vous ne décrocheriez jamais ! Nous avons reçu un Mobile Suit ce matin-même, j'ai besoin de vous au plus vite pour valider la marchandise, c'est un bien trop important pour que je puisse le faire à votre place, vous comprenez ?
- Décidément l'administration nous aide pas avec leurs règles... Bon, je suis dans un hôtel pas loin, j'arrive dans l'heure.
- D'accord, Docteur. A tout à l'heure, terminé.


Enfilant sa chemise, il sentit une drôle d'odeur sur un des manches qu'il n'avait pas remarqué jusqu'à présent, ce parfum lui disait quelque chose... Il ressemblait beaucoup à celui des fleurs amenées sur le Pégasus, mais comment était-ce possible ? Il fronça les sourcils, cette fois il en était sûr : c'était bien Maria qu'il avait rencontré à l'église. Pourquoi était-elle apparu comme ça, pourquoi était-elle habillée aussi discrètement, pourquoi s'était-elle enfuie ? Trop de question qui le faisait douter sur ses intentions ; depuis le départ son attitude était bizarre, sa rencontre, l'altercation avec Bentner... Même si à un moment il crut qu'elle était juste un peu différente, ça semblait aller plus loin que ça... A moins qu'il devenait fou ? Non, Daniel était persuadé qu'il avait toute sa raison. Il demanderait des comptes une fois rentré.

_________________
♫ Thème musical ♪


Dernière édition par Daniel Fellini le Sam 22 Fév 2014 - 21:21; édité 1 fois
Revenir en haut
Daniel Fellini
CTA
CTA

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2014
Messages: 186
Localisation: Vladivostok
Masculin
Gène: Naturel
Vaisseau: Pégasus
Niveau de pilote: 1
Appareil actuel: Zephyranthes
Poste: Capitaine de vaisseau
Grade: Capitaine
Lien vers présentation: URL
Lien vers hangar: URL

Posté le: Sam 22 Fév 2014 - 20:08
Sujet du message: Le réveil du Pégasus
Répondre en citant

Comme prévu, Daniel fut de retour à bord du Pégasus dans l'heure. Il ne répondit même pas à Bentner lorsqu'il le salua et prit des nouvelles, il se dirigea directement avec le Lieutenant Matevsti qui l'attendait à côté d'un camion où était bâché un gros engin, le Mobile Suit en question. Alors qu'il commença à le briefer sur la livraison, il lui coupa la parole avec un ton sec qui surprit désagréablement son subalterne :

- Où est Maria ?!
- Vous voulez parler du docteur Lesca ? Elle a été prévenu de votre arrivée, elle arrive d'une minute à l'autre. Hé mais, vous pourriez vous calmer, Docteur Fellini ?
- Était-elle à bord hier ?!
- Oui, enfin... Oui ! Je n'ai pas reçu de demande de permission pour le week-end de sa part ! Tenez, regarder les registres vous-même ! Mais que se passe-t-il, pourquoi êtes-vous si énervé Docteur ?!

Daniel vérifia la tablette de Matevsti, il disait vrai, elle n'avait fait aucune demande de permission mais cela ne prouvait rien. Il fouilla les rapports de présence, elle avait apparemment pointé hier et ce matin. Non, il y a un truc, c'est sûr !
- Vous là, venez avec moi !
- Où allez-vous, Docteur ?!
- Je vous expliquerai plus tard Matevsti !


Il parti avec deux soldats jusqu'au quartier de l'équipage. Ils firent brusquement irruption dans la chambre de Maria, il ordonna qu'on retrouve un vêtement ample sombre, un peu comme une très grande cape. Il ordonna aussi qu'on vérifie sa messagerie par application de la procédure visant à déceler les éventuels espions dans les rangs. Il n'y avait rien, absolument rien qui pouvait l'incriminer, elle montrait patte blanche. Daniel ne comprenait rien, il avait l'impression de devenir dingue. Il ordonna aux soldats de remettre tout ça en ordre, et de prendre congé. Ils retournèrent vers le hangar, en chemin Matevsti et Lesca les avaient rejoints. Daniel lança un regard noir sur Maria, sans s'approcher ni la toucher il lui lança :

- J'ignore comment vous avez fait, mais je finirais par savoir !
- Mais enfin Docteur, que se passe-t-il ?!
- J'ai toutes les raisons de croire que Maria est une espionne.


La nouvelle choqua tout le monde. Matevsti lui demanda s'il avait trouvé des preuves, Daniel lui répondit que non mais il lui raconta ce qu'il lui faisait penser cela, sa rencontre préméditée selon lui dans le restaurant, son absence de papiers officiels lors du transfert, et puis ce qui s'est passé dans l'église et l'odeur des fleurs qui l'amenait à penser qu'elle l'avait pris en filature mais que pour une raison inconnue, elle était venu à sa rencontre. A priori, cela semblait tenir debout mais sans preuve, c'était difficile d'avancer quoique ce soit. Matevsti ordonna de reporter le chargement du MS tant que cette histoire n'était pas mis au clair, il conseilla à Daniel de prendre congé le temps qu'il mène son enquête avec Lesca et Bentner. Daniel ne voulait pas, mais c'était la procédure et il n'était visiblement pas en état de la mener lui-même. Il préféra finalement suivre son conseil et se retira en salle de sport pour soulager ses nerfs.

_________________
♫ Thème musical ♪
Revenir en haut
Daniel Fellini
CTA
CTA

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2014
Messages: 186
Localisation: Vladivostok
Masculin
Gène: Naturel
Vaisseau: Pégasus
Niveau de pilote: 1
Appareil actuel: Zephyranthes
Poste: Capitaine de vaisseau
Grade: Capitaine
Lien vers présentation: URL
Lien vers hangar: URL

Posté le: Sam 22 Fév 2014 - 21:04
Sujet du message: Le réveil du Pégasus
Répondre en citant

A peine une dizaine de minutes après, Daniel sentit la douleur sur son bras revenir. Qu'importe, il changea d'exercice et continua ainsi pendant une heure ou deux. A la fin, il sortit de la salle pour se reposer dans sa chambre, il y trouva une fleur. C'était une rose d'un genre particulier car elle était bleue. Daniel la ramassa, elle sentait très bon. Un délicat parfum mêlant douceur et pétillement qui allégea son esprit. Elle était étonnamment belle, mais elle était aussi recouverte d'une fine pellicule glacée impossible à enlever... Il retrouva un mot à l'intérieur du bulbe : "ML". Soudain son cœur se serra, c'était ce qu'elle voulait lui montrer la dernière fois, la fameuse fleur que son père avait inventé pour résister éternellement au vide mais aussi à température ambiante apparemment... Il ne comprenait plus rien, était-elle mauvaise, était-elle bonne ? C'était un véritable ouragan dans cette tête, un ouragan d'images, de mots, de sensations, de passions... On tapa à sa porte, Matevsti l'attendait en salle de réunion. Celle-ci n'avait jamais encore servit mais elle était idéalement spacieuse et peu encombrée pour traiter de cette affaire sans déranger l'équipage. Le lieutenant était là, il y avait Bentner aussi, un de ces adjoints, mais aussi Tchen, et puis surtout Maria. Elle semblait triste, elle n'osait à peine le regarder. Elle fut surprise de le voir avec sa fleur glissée contre son cœur. Sans dire un mot, Daniel prit une chaise en face de ses soldats. Cette fois, il avait une tête déconfie, comme si une montagne lui était tombée sur la tête. Le premier à parler fut Matevsti :

- Docteur Fellini, nous avons repris le fil de votre argumentation et nous avons interrogé le docteur Lesca à ce sujet. Elle nous a confié que si elle s'était assise à votre table, c'était parce qu'il n'y avait pas de place ailleurs ce jour là et qu'elle ne connaissait personne. Vous pouvez confirmer ?
- Oui...
- De même, pour les papiers officiels, l'administration nous a expliqué que son transfert a été perturbé par quelques problèmes informatiques, elle avait reçu un laisser-passer temporaire pour la base seulement, le temps que les choses se régularise. Ce laisser-passer n'était pas valable pour le vaisseau, mais un courrier vous a été transmis pour vous prévenir.
- J'ai reçu un courrier validant son transfert, mais rien pour me prévenir de son problème de papier... Enfin, je dois penser que ce n'était pas nécessaire ?
- Exact. Enfin, pour le cas de votre église... Le docteur Lesca n'avait pas demandé de congé pour le week-end, elle a répondu aux quatre pointages de la journée. Elle n'est sortie en ville qu'une fois avec un soldat ici présent pour aller chercher du terreau. Vous confirmez ne l'avoir jamais quitté des yeux soldat ?
- Euh... Oui, mon lieutenant ! Sous ordre du Maître Bentner je l'ai accompagné une heure en ville en uniforme et nous sommes revenus avec la terre... Je ne l'ai pas quitté une seule fois.


Daniel ne répondit pas. Il laissa Matevsti conclure qu'après enquête, Maria n'était pas une espionne. Ils avaient fouillé ses affaires dans la chambre et au labo, vérifier ses mails, tout était en règle. Matevsti s'excusa presque de le dire, mais son capitaine s'était trompé. Puisque l'intéressé ne répondait pas, il ordonna la fin de la réunion et invita tout le monde à sortir, sauf lui et Tchen. Maria au passage posa sa main sur l'épaule de Daniel, elle lâcha une larme discrète qu'il remarqua, il attrapa sa main quelques secondes pour montrer qu'il s'excusait, avant de la laisser partir. Une fois seuls, le médecin se mit en face de lui :

- Capitaine, vous êtes ici depuis une semaine. Il se peut que vous ayez un peu de mal à vous mettre dans le rythme et que ce petit tour dehors vous a perturbé. J'ai besoin de savoir si vous avez eu des antécédents avec l'ennemi avant votre arrivée dans l'armée ?
- J'ai... J'ai grandi à Nice. J'ai dû fuir la France lorsque ZAFT approchait. J'ai perdu des amis, de la famille... Ils se sont battus pour protéger notre pays et ils sont morts.
- Je vois... C'est peut-être ce traumatisme qui vous a donné l'impression de voir une espionne dans la personne du Docteur Lesca. J'aimerai vous faire venir dans mon bureau pour vous faire suivre une séance psychologique, si vous me le permettez.
- Quel ironie, c'est vous qui êtes venu me parler de ça il y a quelques jours et c'est finalement moi qui serait votre premier patient... Ah, ah ah !


Tchen et Matevsti étaient beaucoup moins enchanté par cette ironie que lui, au contraire cela les inquiétaient beaucoup. Ils ne pouvaient pas partir en mission si leur capitaine était devenu fou. Il n'opposa aucune résistance, il suivit le docteur Tchen jusqu'à son bureau médical et resta avec lui au moins une bonne heure avant d'être relâché. Il était apte mais avait besoin selon Tchen d'un peu de repos avant de reprendre. Il ne quitterait toutefois pas le vaisseau pour sa propre sécurité, en attendant c'est Matevsti qui se chargerait de tout.

_________________
♫ Thème musical ♪
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






Posté le: Aujourd’hui à 21:27
Sujet du message: Le réveil du Pégasus

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
   Gundam Neo Generation -> Asie Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 3

 
Sauter vers: