:: Un bien singulier retour ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Gundam Neo Generation -> Royaume de Scandinavie
 
Gino Weinberg
BC
BC

Hors ligne

Inscrit le: 31 Aoû 2009
Messages: 2 003
Localisation: prépare sa revanche
Masculin
Gène: naturel
Vaisseau: /
Niveau de pilote: 3
Appareil actuel: Evil/Nightmare Mörde
Poste: pilote de ms/tacticien
Grade: commandant
Lien vers présentation: URL
Lien vers hangar: URL

Posté le: Mer 26 Déc 2012 - 16:34
Sujet du message: Un bien singulier retour
Répondre en citant

=> En provenance de http://gundamneogeneration.xooit.com/t1146-Grandeur-et-Decadence.htm

Péninsule de Kola, 23h

Le calme plat régnait dans cette région de toundra glacée du nord de la Russie non loin de la frontière avec le si calme royaume de Scandinavie. Un troupeau de rennes paissait au bord d’une rivière gelée à la lueur d’une Lune aujourd’hui à son zénith alors qu’au loin le cri d’un ours polaire retentissait. Le ciel était dégagé d’où le froid mordant qu’il régnait par cette nuit et on pouvait grâce à cela avoir une vue exceptionnelle des étoiles et constellations qui par leur beauté ne reflétaient absolument pas les horreurs qui se déroulaient dans les sombres étendues de l’espace au cours de cette sordide et interminable guerre fratricide entre deux peuples qui manipulés par leur élites n’avaient d’autres but que l’anéantissement total. Une première étoile filante traversa très rapidement le ciel à haute altitude, étoile qui n’était autre que le fameux ms fugitif du Girty Lue qui fondait à grande vitesse vers sa liberté avec à son bord un des pire monstre de l’organisation extrémiste du Blue Cosmos. Alors que la première étoile filante venait de disparaitre du ciel nocturne, une autre fit son apparition mais avec un angle plus abrupt comme le montrait sa traine bien moins visible dans cet axe de vue. La tâche brillante se mit à grossir et finalement la boule de métal incandescente vint s’écraser dans un grand fracas au beau milieu de la rivière gelée créant un grand nuage de vapeur et provoquant la fuite du troupeau de renne dans une désorganisation la plus totale. Des morceaux de tôles rouge sang et noircis à de nombreux endroits étaient dispersés un peu partout sur la toundra autour du corps principal du ms qui contenait encore le corps de son pilote sinon son cadavre dans la mesure où celui-ci respirait encore grâce à son système inertiel qui avait fonctionné jusqu’au bout. Le calme glacial revint néanmoins assez rapidement alors que la carcasse refroidissait et des morceaux de givres commençaient déjà à se former…était-ce la fin de Gino Weinberg condamné à finir dans un sarcophage de glace et de métal.

Péninsule de Kola, lieu du crash, 10h

Rien n’avait bougé depuis le crash de la carcasse du Nightingale au beau milieu de la nuit, mais cela allait changer. En effet au loin sur la toundra un blindé et deux transports de troupes se déplaçaient rapidement vers le lieu de l’impact. Les trois véhicules venaient de la base de Mourmansk : un petit poste avancé qui avait été par le passé une vraie base stratégique russe notamment pour y baser ses sous-marins mais qui aujourd’hui n’abritait plus qu’une petite garnison dépourvue de matériel de pointe : tout au plus quelques mobil suit de première génération CTA de type Dagger. La petite troupe russe stoppa près du cours d’eau et les hommes s’empressèrent de faire ce pour quoi ils étaient là : récupérer le maximum de données et éventuellement le pilote s’il était encore en vie. Les technicien eurent d’ailleurs tôt fait de désosser les reste de l’appareil pour récupérer tout ce qu’ils estimaient nécessaires pendant que les médecins s’occupaient d’extraire le corps inconscient du capitaine de l’alliance terrienne pour la placer dans un caisson de stase en attendant de lui administrer les soins sévères dont il avait besoin. Ainsi moins de deux heures plus tard les véhicules chenillés se remettaient en marche lentement en direction de la ville portuaire alors qu’il commençait à neiger de façon importante d’autant plus que le vent se faisait cinglant tout en formant des congères assez impressionnantes par endroit.

Péninsule de Kola, 50km de Mourmansk, 14h

La progression du petit convoi était toujours ralentie par le blizzard qui ne semblait pas vouloir faiblir et seule la lumière des phares leur permettait d’avancer désormais pendant que la radio ne répondait plus à cause des parasites ce qui faisait pester le lieutenant commandant le détachement d’avoir un matériel si obsolète. Il avait d’ailleurs raison de pester car il allait bientôt arriver un évènement des plus inattendus. En effet pas moins de cinq minutes plus tard l’impensable se produisit : juste devant le blindé de tête une silhouette immense sortit du rideau de neige. Il s’agissait d’un mobil-suit d’un type étranger pour le commandant du détachement et alors qu’il allait donner l’ordre de de faire feu sur Stark Jegan qui bloquait le passage il s’interrompit en con statant qu’ils étaient encerclés par un détachement complet de ces appareil et n’étant pas spécialement décidé à mourir en ce jour il fit signe à ces hommes de stopper avant que sa radio ne laisse sortir une voix venant d’un des ms adverse :

- Si vous ne bougez pas il ne vous sera fait aucun mal. Nous allons récupérer tout ce que vous êtes allés chercher !

Le lieutenant n’hésita donc pas avant de répondre dans un premier temps à son mystérieux interlocuteur :

- Soit, nous nous rendons : nous allons mettre tout ce que vous souhaitez dans le véhicule de queue.

Il n’osa même pas demander à qui il avait affaire, était-ce des troupes cachés de ZAFT ? Des rebelles russes ? Des Scandinaves peut-être ? Il se contenta de transmettre rapidement un nouvel ordre à ces hommes :

- Mettez le corps avec les pièces dans le transporteur de queue et rapidement, on leur laisse le butin les gars.

Et moins d’un quart d’heure plus tard le groupe de mobil suit disparaissait à nouveau dans la tempête en emportant les débris du Nightingale mais surtout son pilote qui plus est vers un destination des plus mystérieuses.


 

_________________


Dernière édition par Gino Weinberg le Sam 25 Mai 2013 - 15:48; édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






Posté le: Mer 26 Déc 2012 - 16:34
Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Gino Weinberg
BC
BC

Hors ligne

Inscrit le: 31 Aoû 2009
Messages: 2 003
Localisation: prépare sa revanche
Masculin
Gène: naturel
Vaisseau: /
Niveau de pilote: 3
Appareil actuel: Evil/Nightmare Mörde
Poste: pilote de ms/tacticien
Grade: commandant
Lien vers présentation: URL
Lien vers hangar: URL

Posté le: Jeu 27 Déc 2012 - 15:40
Sujet du message: Un bien singulier retour
Répondre en citant

Dix jours plus tard, base Inari, extrême Nord de la Finlande, 18h

Voilà presque deux semaines que Gino avait sombré dans le combat à la suite de sa bataille perdue contre Heero Yuy et le crash terrible qui s’en était ensuivit où son ms pourtant d’une solidité quasiment inégalée avait été entièrement détruit. La base souterraine où il était soigné pour le moment se trouvait au-delà du cercle arctique sur le territoire de l’ancienne Finlande sur les bords d’un grand lac à l’heure actuelle pris sous les glaces de l’hiver. La spécialité du Royaume étant la recherche d’information, ils n’avaient pu s’empêcher d’enquêter sur ce crash dans un endroit si reculé, d’autant plus que récupérer les débris du Nightingale était d’un intérêt vital pour cette nation qui avait pendant longtemps rechigné à s’armer et donc même à l’heure actuelle les forces n’étaient encore que balbutiantes.

Si les informations techniques avaient été une belle affaire, il n’en était pas de même pour la récupération de Gino par les forces Scandinaves notamment aux yeux du responsable de la base. En effet même après les nombreuses blessures qu’il avait subi dans son crash, le pilote de l’appareil avait bien été identifié comme étant le capitaine Gino Weinberg affecté au Girty Lue et responsable au court de sa sinistre carrière de nombreux dégâts à la fois en tant que pilote et officier durant les derniers mois qu’en tant qu’espion et assassin par le passé. S’il l’avait su avant il ne se serait pas privé de laisser le corps dans les steppes glacées se faire dévorer par une bande de loup ou un ours solitaire. Le problème désormais était qu’il n’était pas le seul au courant et que le règlement s’opposait à l’assassinant de prisonniers de guerre, d’autant plus que ses supérieurs comptaient bien tirer quelques information de ce pion majeur du Blue Cosmos. D’ailleurs s’il rongeait son frein en attendant le rétablissement de l’officier c’était qu’il voulait lui aussi avoir une réponse, mais une réponse d’un autre ordre. En effet lors de l’identification du blessé il avait constaté avec stupeur que l’empreinte ADN de l’officier était aussi celle d’un officier de leur propre camp porté disparu en mission, cela signifiait qu’il avait trahi et était passé à l’ennemi chose particulièrement rare dans ce sens-là.

Lorsqu’il rouvrit les yeux pour la première fois, ou plutôt l’œil qui n’était pas bandé pour le moment, Gino avait l’impression de flotter dans un nuage de coton et tant bien que mal il jeta un bref regard autour de lui pour constater qu’il avait tellement de perfusions et autre joyeusetés qu’il devait être dans un sale état pour être drogué de la sorte, d’ailleurs il n’arrivait même pas à reconnaitre l’infirmerie du Girty et il eut un brève pensée pour cette ordure de Neo avant de sombrer aussitôt dans les limbes d’un sommeil aussi profond que réparateur pour son corps.

Lorsqu’il se réveilla à nouveau quelques heures plus tard une sacré surprise l’attendait lui qui pourtant pensait être habitué depuis toutes ces années passées à réaliser des opérations plus folles les unes que les autres. Sa surprise venait du fait que cette fois quelqu’un se trouvait dans la pièce aseptisée où il se trouvait et qu’il n’avait pas reconnu…et pour cause vu que la personne était vêtue de l’uniforme du service médical du dernier royaume ancestral de la Terre, celui dont il était originaire. Par reflexe il tenta de masquer le fait qu’il venait de se réveiller mais l’homme qui s’affairait à vérifier son état s’était aperçu qu’il était réveillé et il s’empressa d’aller annoncer à un interphone mural :

- Prévenez le colonel : le prisonnier est réveillé et conscient.


Ensuite il attrapa une seringue qui trainait sur un plateau métallique avant d’en injecter le contenu à l’officier du Blue Cosmos en ajoutant à son égard :

- Avec ça vous allez rester conscient le temps que l’on vous pose quelques question…espèce de sale traitre.

Gino sentit à peine l’aiguille se planter dans son corps encore en grande partie anesthésié preuve qu’il en était de la gravité de ses lésions. Pour une fois un sentiment de désespoir commença à l’envahir : il était complètement piégé désormais et dans son état une quelconque évasion était inaccessible. Le seul motif de soulagement qu’il pouvait avoir était de ne pas être tombé aux mains d’ennemis plus cruels ou plus déterminé, par chance il n’avait jamais mené ni organisé d’opération contre son pays natal. Il n’eut guère longtemps à attendre dans cette condition car moins de cinq minutes après l’injection un colonel dans son uniforme vert et argent entrait dans la pièce la mine sévère sous sa moustache fournie. Il fixa un instant le traitre qu’il avait face à lui-même si curieusement Gino lisait plus de l’interrogation que du mépris sur son visage.

- Bienvenue dans notre modeste base major ou plutôt devrais-je dire capitaine Weinberg. Votre présence parmi nous est aussi surprenante qu’inespérée voyez-vous.


Gino tenta d’esquisser un de ces sourires narquois dont son supérieur habituel était la spécialiste mais cela donna sûrement plus dans la grimace qu’autre chose dans la mesure où il avait encore la bouche pâteuse et engourdie. Il tenta de répondre après s’être raclé la gorge :

- Vous me faites trop d’honneur, j’aurais pu plus mal tomber.


Cette pointe d’ironie ne sembla pas mauser du tout l’officier qui resta totalement stoïque avant de déclarer :

- Je me doute qu’il ne sera pas facile de vous soutirer des informations mais votre seule chance de vous en sortir est de coopérer désormais, sans notre aide vous mourrez aussi bien à cause de votre crash que de votre état de santé « normal ».


Gino avait beau être un bon officier du Blue il n’avait pas spécialement envie de mourir d’autant plus qu’il haïssait l’organisation dans laquelle il faisait son maximum pour gagner en pouvoir tel un virus avant de tenter de détruire son hôte. La seule chose qui la différenciait d’un traitre ou d’un espion infiltré résidait dans le fait qu’il n’éprouvait aucune pitié face aux troupes de ZAFT ou de quiconque se dressait en travers de son chemin d’où sa grande efficience en mission. Il allait donc tout faire pour survivre et coopérer si nécessaire avec ses geôliers du moment c’est pourquoi il se contenta de hocher la tête. L’officier prenant note de cette relative coopération commença à le tester en lui demandant deux choses :

- Pour prouver votre bonne foi j’aimerais que vous nous donniez le code de déverrouillage de l’OS de votre machine et que vous l’expliquiez la raison de votre crash.

Deux questions faciles pour le jeune capitaine et qui ne compromettaient en rien ses plans c’est pourquoi il ne se fit pas prier avant de répondre malgré ses difficultés à parler :

- 25ZD89QT, et pour mon crash j’ai simplement été abattu par un traitre en tentant de l’empêcher de fuir et de faire sa rentrée avec son ms.

L’officier voyait bien que son prisonnier avait encore des difficultés d’élocution et il avait déjà une réponse quant à l’éventuelle docilité de celui-ci, c’est pourquoi il décida de laisser encore du repos à l’officier ennemi.

- Très bien monsieur Weinberg, c’est un bon début. Je vais vous laissez vous reposer un peu avant de poursuivre l’interrogatoire personnellement. J’aurais déjà peu de temps car on m’a précisé que vous serez transféré plus loin de la frontière une fois que vous serez dans un état de santé plus satisfaisant.

Probablement pour éviter tout incident supposa Gino alors qu’on lui refaisait une injection cette fois pour qu’il puisse se rendormir un bon moment. Il se posa néanmoins une dernière question avant de succomber au sommeil : qu’allait-on faire de lui une fois qu’on lui aurait soutiré assez d’information, avait-il encore un espoir ? Et il se rendormit presque aussitôt.
  

_________________
Revenir en haut
Gino Weinberg
BC
BC

Hors ligne

Inscrit le: 31 Aoû 2009
Messages: 2 003
Localisation: prépare sa revanche
Masculin
Gène: naturel
Vaisseau: /
Niveau de pilote: 3
Appareil actuel: Evil/Nightmare Mörde
Poste: pilote de ms/tacticien
Grade: commandant
Lien vers présentation: URL
Lien vers hangar: URL

Posté le: Jeu 27 Déc 2012 - 22:17
Sujet du message: Un bien singulier retour
Répondre en citant

Base Inari, Une semaine plus tard, milieu de la journée

Depuis son premier interrogatoire par le colonel Bergsen il s’était déjà écoulé une bonne semaine passée entre traitement, somnolence et interrogatoire de plus en plus poussé sur des sujets aussi importants que les avancées technologique du Blue Cosmos que sur des sujets futile comme sa vie privée ou les relations interne au commandement de l’alliance atlantique. Pour l’heure seul deux sujets avaient été totalement évité : d’un côté le colonel avait soigneusement omis de parler de son changement de camp ce qui intriguait au plus haut point l’ancien major de l’armée qui le détenait prisonnier et de l’autre côté les liens personnels qui reliait Gino à d’autres figures importantes de sa faction actuelle comme Stellar, Azrael ou les multiples officiers d’état-major qui l’appréciaient ou le haïssait suivant les cas. Une autre question restait sans réponse et le taraudait lui qui tenait tant à la vie ces derniers temps : les services médicaux du Royaume seraient-ils capable de maintenir son état de santé d’extended dégénéré ? La réponse risquait de lui déplaire et il attendait de l’avoir non sans une certaine angoisse désormais.

Maintenant qu’il restait de longues heures conscient venait le problème de l’ennui et forcement avec sa réputation on ne lui laissait pas l’accès à un objet dangereux ou à un quelconque objet informatique connecté. Finalement on lui avait laissé juste une tablette avec un jeu d’échec interactif qui permettaient à Gino de remettre de l’ordre dans ses idées tout en jouant et surtout lui permettaient de vérifier qu’il n’avait rien perdu de ses faculté intellectuelle à défaut de physiques. Alors qu’il venait d’échouer à vaincre le niveau maximal de l’ordinateur une nouvelle fois ce qui le rendait fou à force d’essayer, le colonel Bergsen fit son entrée et pour une fois il ne vint pas s’asseoir sur la chaise placé en face du lit mais resta debout alors que trois hommes entraient à sa suite. Gino compris alors que son transfert allait avoir lieu aujourd’hui vers une autre base du pays.

- Capitaine, nous allons vous transférer dans la journée au QG de Stockhlom.

Gino qui avait pris un verre d’eau pour se désaltérer manqua de s’étrangler en entendant le nom de la ville : pourquoi le transférer là-bas ? Il risquait de tomber sur des gens avec qui il avait travaillé, à moins bien sûr que cela ne soit le but recherché…Il tenta à tout hasard :

- Vous prenez un gros risque en me montrant une nouvelle base vous ne pensez pas ?

Cette remarque eu au moins le mérite de faire sourire l’officier si stoïque et imperturbable en temps normal :

- Je ne pense pas non dans la mesure où vous avez parfaitement montré que vous n’aviez guère oublié de chose de votre passé et que donc cette base vous est particulièrement familière.

Il est vrai que la base n’était pas spécialement importante car trop visible et proche de la capitale mais le choix continuait de le surprendre et de l’inquiéter. En effet lorsqu’il avait recommencé à se souvenir de son ancienne vie d’avant formatage Blue Cosmos il s’était senti coupable de ne pas avoir fui aussitôt, mais ce sentiment risquait d’être bien plus fort en revoyant d’ancien amis qui n’auraient plus que du mépris et de la haine pour le mal incarné qu’il représentait depuis tout ce temps. Le colonel voyant le trouble qui s’était emparé de Gino donna simplement l’ordre de procéder au transfert et les hommes s’empressèrent de sortir le lit médical où se trouvaient Gino dans le couloir du secteur dédié à l’infirmerie de la base avant de l’emmener à un grand monte-charge. Il remarqua alors que la base était plus profonde qu’il l’avait cru car il y avait trente niveau d’indiquer sur le panneau de contrôle et rapidement ils remontèrent directement à l’avant dernier niveau soit directement sous la surface de la toundra. Lorsque la porte se rouvrit il constata qu’ils se trouvaient dans un vaste hangar dévolu aux avions en tous genre mais il ne devait pas s’ouvrir si souvent que cela car il y faisait la même température que dans la base pour le moment. D’un coin de l’œil il repéra tout de suite l’avion qu’ils allaient utiliser pour son transfert : un simple transporteur de troupes avec probablement deux chasseurs en escorte. En effet visiblement les ms du royaume se montraient peu pour entretenir le mystère sur leur force et surtout leur éventuel nombre, une stratégie payante pour le moment et qui n’attirait guère l’attention. Une fois qu’on l’eu installé à l’arrière du transporteur Gino parvint à se calmer un peu : de toute façon il était impuissant alors autant faire en sorte de se préparer à ce qui risquait d’arriver, dans un cas comme cela il fallait être fataliste dans la mesure où cela restait sa seule option. Peu avant le départ lorsque le colonel descendit de l’appareil il lui lâcha sur un ton désabusé :

- J’ai de la peine pour vous et le choix que vous avez fait.

Gino tenta bien de répondre quelque chose mais sa gorge restait bloquée par la boule qui venait de s’y former en entendant ce genre de paroles et il comprit alors que l’issue de ce voyage allait être encore pire pour lui que prévue, s’il ne sombrait pas dans la folie après cela il pourrait s’estimer heureux. Dix minutes plus tard les trois avions volaient silencieusement en direction du Sud-Ouest et Gino se laissa glisser lentement dans les bras de la dernière personne qui devait vouloir de lui à savoir Morphée tout en sachant qu’ils ne seraient pas intercepter puisque la spécialité des aéronefs Scandinaves n’étaient ni la puissance ni la vitesse mais la furtivité.
 

_________________
Revenir en haut
Gino Weinberg
BC
BC

Hors ligne

Inscrit le: 31 Aoû 2009
Messages: 2 003
Localisation: prépare sa revanche
Masculin
Gène: naturel
Vaisseau: /
Niveau de pilote: 3
Appareil actuel: Evil/Nightmare Mörde
Poste: pilote de ms/tacticien
Grade: commandant
Lien vers présentation: URL
Lien vers hangar: URL

Posté le: Ven 28 Déc 2012 - 16:32
Sujet du message: Un bien singulier retour
Répondre en citant

Trois heures plus tard, Base de Stockholm

Le choc des roues de l’appareil sur la piste d’atterrissage réveilla Gino qui avait donc pu se reposer tranquillement s’un sommeil ans rêve durant la courte durée du transfert. Les choses complexes commençaient maintenant songea-t-il alors que les deux chasseurs disparaissaient le long de rampes latérales de la piste et que son avion faisait de même deux cent même plus loin. Une profonde mélancolie envahi Gino alors qu’il reconnaissait au loin les reliefs qui avaient bercé son enfance et ses années joyeuse de service au sein de l’armée scandinave, il repensa à sa vie d’alors simple et insouciante avec tout ce dont il pouvait rêver et il avait tout perdu sur sa dernière mission…non il ne devait pas raisonner ainsi, de nouvelles possibilités s’étaient alors ouvertes à lui-même si cela était au prix d’intenses souffrances. L’appareil stoppa rapidement dans un des renfoncements du hangar et rapidement un peloton de gardes s’empressa de grimper à bord pour le décharger plutôt précautionneusement et l’emmener directement dans une des nombreuses chambres de l’hôpital de la base. Si Gino reconnu sans problème des couloirs de la base il fut surpris dans un premier temps de ne croiser personne avant de comprendre que les officiers de la base avaient dû prendre cette mesure en raison de la personnalité particulière de leur prisonnier. Il fut installé confortablement dans une chambre décorée avec goût ce qui lui réchauffa le cœur lui qui avait horreur de ces murs blancs sinistre qui avaient par trop marqué sa vie… Néanmoins cette attention laissait à penser à nouveau que quelqu’un le connaissant bien tirait les ficelles de ce transfert. Personne ne l’attendait si ce n’est une infirmière qui lui administra ses soins quotidiens avant de le laisser seul dans un silence des plus perturbant pour quelqu’un habitué à la vie en vaisseau de combat. N’ayant rien de mieux à faire il referma les yeux en soupirant devant l’ennui profond que lui inspirait sa situation, s’il recroisait Heero un jour il ne manquerait pas de le vaporiser lui et sa petite trainée d’Orion. Visiblement sa schizophrénie n’était pas prête de s’améliorer.

L’énorme surprise de son séjour en Scandinavie se tenait debout au pied de son lit lorsqu’il rouvrit lentement les yeux et la surprise était telle qu’il manqua de s’étouffer littéralement. En effet devant lui se tenait droit dans son uniforme rouge et argent de général son ancien meilleur ami le prince Jeremiah de Scandinavie. Si Gino avait bien trahi quelqu’un en ne revenant pas après avoir retrouvé sa mémoire en dehors de sa fiancée c’était bien lui. A l’époque il lui faisait tellement confiance qu’il n’avait même pas hésité à l’introduire à de multiples reprise au sein du palais royal…Leur regards se croisèrent brièvement avant que Gino ne détourne la tête marquant par là sa culpabilité, son ancien ami déclama alors d’un froid et monocorde :

- Bon retour parmi nous capitaine Weinberg, quelle ne fut pas notre surprise d’apprendre que vous étiez en vie et qui plus est en comprenant que vous étiez cet officier un peu trop brillant du Blue Cosmos. J’espère que vous comprenez que vous nous posez un gros problème n’est-ce-pas ?

Gino poussa un long soupir avant de se décider à répondre alors qu’il cherchait la meilleure façon de formuler sa pensée :

- Vous me voyez navré de vous imposer ma présence malgré tout le mal que je me suis donnée pour éviter cette région du monde ces dernières années. De toute façon vous avez toujours la possibilité de me laisser mourir, sans aide médicale je n’irais pas très loin malheureusement.


Il remarqua alors que le prince devenu général tenait dans son dos un dossier qu’il ouvrit alors pour y jeter un coup d’œil avant de lui répondre simplement :

- Effectivement à défaut de vos blessures, les déficiences engendrées par le traitement de votre cher Blue Cosmos devrait vous achevez rapidement…


Il referma alors le dossier d’un coup sec avant de le jeter sur une petite table située près du mur alors qu’il relevait vers Gino un regard courroucé :

- Néanmoins en tant qu’ancien membre de nos forces tu sais très bien que cela n’est pas en accord avec notre politique, nous soignons toujours nos prisonniers de guerre et dans la mesure où tu pourrais nous être encore utile cela fait une seconde bonne raison de le faire.

Une marque de bonne volonté certes et même s’il avait tout fait pour montrer sa bonne fois il ne pensait pas qu’il soit possible de lui venir en aide sans les sales bouchers du Blue Cosmos…et il n’hésita pas à lui en faire la remarque.

- Je sais très bien de quoi je souffre et que personne ne peut m’aider, je n’aurais pas assez de temps pour atteindre mes objectifs mais merci d’avoir essayé quand même. Et pas la peine de me remercier pour les informations que je vous aie fournies puisqu’elles ne me serviront pas et que je n’ai pas vraiment envie de défendre les ordures responsables de tout ça.

Visiblement ce défaitisme ne semblait pas plaire beaucoup à son ancien ami et même s’il n’avait pas relevé volontairement le passage du vouvoiement au tutoiement il sentait que Jeremiah ne lui avait pas tout dit.

- Je suis bien aise de t’entendre parler de tes compagnons de cette manière même si j’ai de gros doutes sur ta sincérité, néanmoins tu te trompes sur un point : nos médecins sur persuadés d’avoir un traitement capable soigner les gens dans ton cas, mais sans cobaye ils n’ont jamais pu le tester.

Ce qui était logique dans la mesure les extended ne fuyaient presque jamais et n’était que rarement capturés vivant de toute façon. Néanmoins un espoir fou venait de renaitre en lui, si jamais ce fameux traitement pouvait marcher il arriverait peut-être à reprendre ses activités de façon à atteindre ses objectifs, voire même libérer Stellar de la laisse qui l’enchainait à Neo pour qu’elle utilise sa puissance destructrice contre tous ceux qui se dressaient face à elle. Avec un peu de chance elle arriverait à mordre la main qui l’avait enchainée. Gino compris alors ce que l’on attendait de lui désormais et il répondit alors simplement.

- Allez-y alors, testez le sur moi : je suis sûr que l’on pourra arriver à un arrangement si cela marche.


Il crut alors déceler un léger sourire sur le visage de son ami et songea un bref instant à exploiter cette faiblesse pour arriver à le manipuler plus facilement par la suite mais allez savoir pourquoi cette fois-ci il n’en avait pas la volonté et il poussa un soupir de soulagement lorsqu’on lui répondit.

- Alors nous commencerons dès demain dans ce cas, je te préviens tu risques de souffrir…mais visiblement tu y es malheureusement habitué. De toute façon nous aurons l’occasion de reparler bientôt, il y encore certains points que j’aimerais éclaircir. En attendant repose-toi.


Et sans laisser le temps à Gino de répondre il sortit de la pièce laissant un Gino pensif qui pouvait maintenant se remettre à réfléchir sur de futur plan visant à reprendre sa marche en avant dans l’acquisition de plus de pouvoir.
  

_________________
Revenir en haut
Gino Weinberg
BC
BC

Hors ligne

Inscrit le: 31 Aoû 2009
Messages: 2 003
Localisation: prépare sa revanche
Masculin
Gène: naturel
Vaisseau: /
Niveau de pilote: 3
Appareil actuel: Evil/Nightmare Mörde
Poste: pilote de ms/tacticien
Grade: commandant
Lien vers présentation: URL
Lien vers hangar: URL

Posté le: Sam 29 Déc 2012 - 15:32
Sujet du message: Un bien singulier retour
Répondre en citant

Base de Stockholm, trois semaines plus tard

Voilà maintenant trois semaines que Gino était présent sur la base militaire de la capitale du Royaume, là où il avait servi durant plusieurs années son pays avec courage et honneur avant qu’on le fasse basculer du côté obscur. On ne pouvait d’ailleurs guère dire que ces trois semaines avaient été une partie de plaisir aux vues des intenses douleurs que lui entrainaient le traitement médical que testaient sur lui les médecins scandinaves : à croire qu’il n’était pas possible de faire quoi que ce soit dans le monde médical sans que cela ne soit douloureux. Fort heureusement en compensation on lui permettait de se promener un peu durant les phases où il se sentait mieux car du point de vue des blessures causées par le crash du Nightingale il était parfaitement rétabli et toutes ses fractures étaient consolidées désormais. Malgré tout même les promenades dans la serre tropicale de la base n’avaient que peu d’intérêt dans la mesure où il était toujours à l’isolement et en dehors de ses gardes qui le suivaient partout à cause de sa réputation de fuyard notoire, personne n’avait l’autorisation de l’approcher. Même Jeremiah était pour le moment absent, n’ayant fort logiquement pas de temps à consacrer à un traitre comme lui d’autant plus qu’il était un des principaux membres de l’état-major du pays. Au final la seule personne avec laquelle il avait des interactions constructives était le professeur Stromberg qui s’occupait justement du programme de test visant à guérir les extendeds des ravages que leur avait fait subir le Blue Cosmos. Un tel traitement efficace serait une arme efficace pour saper la fidélité des troupes les plus fanatiques de l’organisation dirigée dans Azrael, plus efficace que proposer pour le moment de simples substituts. Le seul point noir de cette méthode était la perte des capacités hors norme que les traitements du Blue Cosmos permettaient d’atteindre, néanmoins dans le cas de Gino cela importait peu car il n’avait jamais eu des capacités extraordinaires au niveau d’un Heero ou d’une Stellar. Il se permit d’ailleurs de faire quelques suggestions au professeur en se basant sur les souvenirs qu’il avait des données qu’il avait secrètement amassées par lui-même à ce sujet notamment sur le cas du capitaine du Girty Lue.

Désormais le traitement était terminé et cela faisait trois jours que les médecins attendaient de voir les dernières réactions du corps de Gino qui voyait enfin les douleurs quitter son cœur petit à petit. Puisque cette phase était pratiquement terminée, il commençait à sérieusement s’inquiéter sur la suite des évènements : comment parviendrait-il à convaincre ses geôliers de l’autoriser à retourner parmi leurs ennemis ? De plus les semaines s’égrenaient les unes après les autres sans qu’il eut vent de quoi que ce soit de la situation de la guerre au niveau global ce qui ne pouvait qu’angoisser quelqu’un comme lui qui raisonnait toujours en se basant sur un maximum d’informations. La réponse à une partie de ces questions commença à lui parvenir alors qu’il somnolait dans la serre sous le soleil froid de l’hiver scandinave. Un bruit de pas remontant l’allée en gravier le tira de ses rêveries et en tournant la tête il vit que son visiteur n’était autre que le professeur Mellberg en personne tenant son dossier à la main comme souvent. Gino le salua un mouvement de la tête sans néanmoins prendre la peine de se relever dans la mesure où il était encore tout engourdi par autant d’inactivité.

- Bonjour à vous Gino, vous permettez ?

Gino ne pouvait s’empêcher de sourire à chaque fois qu’on était trop poli avec lui dans la mesure où il n’était qu’un sale traitre de toute manière.

- Mais faites donc.

Le professeur prit donc place sur le banc en face de Gino l’air plutôt détendu ce qui rassura le capitaine du Blue Cosmos vis-à-vis d’une éventuelle mauvaise nouvelle.

- Merci. J’ai vos résultats monsieur Weinberg, et autant vous le dire tout de suite : ils sont très bon pour le moment. Je pense que vous êtes définitivement guéri désormais, par précaution vous allez encore suivre un traitement léger pendant un mois et à la fin de cette période nous seront fixés pour de bon.


Une lueur de reconnaissance s’alluma dans les yeux du jeune homme à qui on venait d’ôter un poids énorme des épaules et il se leva pour aller serrer la main de son sauveur :

- Merci, merci beaucoup : vous n’avez pas idée de la reconnaissance que j’ai pour vous ! Avec votre projet c’est un avenir qui s’ouvre pour tous les monstres que continue à créer le Blue Cosmos depuis tout ce temps.


Mais visiblement le professeur avait d’autres nouvelles pour lui car il lui fit signe de se rasseoir avant de poursuivre :

- Je suis content pour vous Gino même si vous êtes encore un ennemi, ma vocation est d’aider les gens quelle que soit leur appartenance politique. De plus je n’ai pas l’impression que vous êtes aussi mauvais que le laisse pourtant présager vos actes passés. Cela dit j’ai de nouvelles instructions à votre sujet : vous allez devoir partir d’ici, une résidence surveillée a été préparée pour vous en dehors de la ville : nous devons prendre nos précautions pour que vos espions ne vous repèrent pas pendant votre remise en forme.

Gino comprenait qu’en effet si on signalait sa présence au Blue Cosmos cela risquait de poser problème : on risquait de la faire évader ou de se servir de ce prétexte pour mener une quelconque opération. Pire que cela on pourrait aussi penser qu’il était repassé à l’ennemi et cela il ne pouvait se le permettre, il était effectivement un traitre vis-à-vis de sa hiérarchie mais l’organisation même du Blue allait lui être utile par la suite s’il parvenait à atteindre ses objectifs.

- Je comprends, je suis prêt à me plier à toutes les exigences que vous avez pour le moment, néanmoins je ne compte pas rester toute ma vie enfermée ici…

- Certes, mais pour le peu que j’en sais il y a peu de chance que cela n’arrive. Certaines personnes ici ont des projets pour vous visiblement. En tout cas il est temps pour nous de vous quitter, une voiture vous attend déjà pour vous conduire à votre nouveau logement : les gardes vont vous y conduire.

Gino vit en effet que deux des gardes qui se trouvaient un peu plus loin semblaient l’attendre et il tendit d’abord la main vers son sauveur avec un sourire sincère :

- J’espère que nous nous reverrons un jour professeur, portez-vous bien d’ici là.
- Je l’espère aussi capitaine.

Ils échangèrent une dernière poignée de main et Gino se leva d’un pas décidé avant de se diriger vers son escorte qui le mena directement vers la sortie de la base où un véhicule noir l’attendait pour le mener à une villa niché au milieu des sapins sur une des collines surplombant la ville, et là quelqu’un l’attendait de pied ferme pour lui proposer un marché qu’il lui serait bien dur de refuser
  

_________________


Dernière édition par Gino Weinberg le Jeu 6 Mar 2014 - 14:57; édité 1 fois
Revenir en haut
Gino Weinberg
BC
BC

Hors ligne

Inscrit le: 31 Aoû 2009
Messages: 2 003
Localisation: prépare sa revanche
Masculin
Gène: naturel
Vaisseau: /
Niveau de pilote: 3
Appareil actuel: Evil/Nightmare Mörde
Poste: pilote de ms/tacticien
Grade: commandant
Lien vers présentation: URL
Lien vers hangar: URL

Posté le: Dim 30 Déc 2012 - 19:42
Sujet du message: Un bien singulier retour
Répondre en citant

Hauteurs de la ville de Stockholm

L’arrivée à la villa se fit sans heurts et il put constater qu’on lui laissait une grande liberté de mouvement à présent même s’il se doutait qu’il ne lui serait pas aisé de fausser compagnie à ses geôliers si l’envie lui en prenait. En plus des gardes qui quadrillaient la propriété on lui avait aussi laissé une espèce de majordome qui serait là pour lui faire visiter la maison et s’occuper des tâches du quotidien. Vivre dans un si joli cadre même si c’était temporaire l’emplissait de nostalgie lui remémorant des moments de sa vie plus paisibles et heureux que les sempiternelles tueries qui embrasaient à la fois la mer, la terre, le ciel mais aussi l’espace : l’homme dans toute sa splendeur destructrice, et il n’était d’ailleurs pas le dernier dans cette catégorie. Un progrès notable était aussi visible par rapport à son lieu de détention précédent : il avait accès désormais à la télévision donc à une partie des informations mondiales, et si les informations concernant les opérations spatiales en cours étaient pour le compte quasi-inexistantes il n’en était pas de même pour celles qui concernaient les différents états ou fédérations terrestres. Du peu qu’il eut le temps de regarder une certaine stabilité régnait pour le moment sur Terre suite à la grande vague d’assaut qu’avait mené ZAFT au cours du printemps et de l’été en Amérique du Sud puis en Europe méridionale : deux opérations certes couronnées de succès mais qui étaient une erreur aux yeux de Gino à cause du coup élevé en hommes pour la faction des coordinateurs…or tout le monde savais que la démographie était la grande force de l’alliance atlantique donc tout ce qui pouvait s’apparenter à de la guerre d’usure était bien souvent à son avantage. Durant la soirée on lui servit un bon repas accompagné d’un bon vin français avant qu’il n’aille se coucher tout en se doutant qu’il ne resterait guère longtemps sans nouvelles de son hypothétique futur…

Il ne croyait pas si bien dire car il n’eut guère longtemps à attendre, le lendemain matin alors qu’il prenait tranquillement son petit déjeuner sous la véranda bien loin de l’habituelle promiscuité du Girty Lue, il vit une voiture remonter l’allée de la demeure alors que les gardes refermaient la grille derrière elle. Gino finit tranquillement son thé tout en se crispant légèrement en attendant de savoir qui était la personne qui venait lui rendre visite. Lorsque le véhicule stoppa dans la légère couche de neige qui recouvrait le gravier de la cour il put souffler un peu en constatant que son visiteur n’était autre que Jeremiah et que s’il se basait sur leur première entrevue il n’avait rien à craindre venant de son ancien meilleur ami. Le majordome s’empressa d’aller ouvrir la porte à son prince : tous les scandinaves avaient une très haute opinion de leur monarchie et Gino le premier devait reconnaitre que le pays était géré avec intelligence et justice depuis longtemps, bien plus que ses deux voisins des fédérations atlantique et eurasienne. Gino bien qu’ennemi désormais du prince se leva comme mût par un vieux afin de s’incliner légèrement pour saluer le nouvel arrivant qui prit place de l’autre côté de la table toujours avec son air impassible plaqué sur le visage à tel point que Gino eut été bien en peine de savoir ce qu’il pensait. Il reprit lentement sa place en attendant qu’il lui explique la raison de sa venue.

- Bonjour Gino, je suppose que tu devines de quoi je suis venu parler ?

Le transfuge se contenta d’un simple signe de la tête qui montrait qu’il attendait stoïquement le verdict concernant son avenir.

- Les discussions n’ont guère été faciles te concernant notamment aux vues de l’incroyable complexité de ton affaire : on peut dire que comme d’habitude tu ne fais jamais rien de prévisible et tu as causé la mort de très nombreuses personnes. Néanmoins plusieurs points peuvent jouer en ta faveur : déjà tes états de service avant ta capture, les circonstances et la violence des traitements que t’ont infligés le Blue Cosmos mais aussi le fait que tu n’ais jamais entreprit d’action contre notre royaume même après ta « conversion » et le fait d’avoir éliminé cette vipère de Djibril qui à nos yeux représentait une menace plus important qu’Azrael qui est d’une nature plus directe dira-t-on.


Gino ne put réprimer un léger sourire avant de répondre d’un ton des plus narquois :

- Il va être néanmoins difficile de me faire passer pour un héros : j’ai assassiné un nombre incalculable de gens sur ordre, j’ai détruit des vaisseaux et des ms de tous les camps…je ne sais faire que ça : tuer et espionner.

Jeremiah l’avait laissé tranquillement finir en prenant à son tour un peu de thé suite à quoi il ne manqua pas de renchérir :

- Nous savons tout cela, mais nos motivations peuvent souvent être compatible : vous êtes un danger pour nous certes mais je reste persuadé que la menace est encore plus grande pour les autres quand vous êtes présent quelque part capitaine. Vous cachez déjà beaucoup de choses à vos supérieurs et vos subalternes visiblement alors pourquoi pas une de plus. Pour tout te dire nous sommes prêts à te rendre ta liberté en échange de deux choses assez simple.

Gino pour le coup était totalement interloqué par une telle proposition, c’était complètement inespéré mais étaient-ils devenus complètement fous ? Il songea même au pire et retourna la situation dans tous les sens pour voir le piège…qu’il ne trouva pas et c’est d’un ton hésitant qu’il demanda :

- Et quelles sont ces conditions ?

Il ne voyait pas non plus quelles conditions pouvaient être si contraignante pour le pousser à refuser et effectivement :

- D’abord après avoir fini ta remise en forme tu devras éliminer la cellule d’espion du Blue Cosmos présente en ville : cela ne devrait pas être très compliqué pour toi. Et par la suite je veux que tu nous transmettes toutes les informations qui concernent directement ce pays une fois que tu auras réintégré ta place au Blue Cosmos, là encore je ne doute pas que tu trouveras un moyen sûr de le faire même si cela sera très risqué pour toi.

Qu’importe ce genre de risque, on lui offrait une chance inespérée de poursuivre de se tailler une place de choix et d’influer sur cette guerre sordide et inefficace il remarqua alors que son ancien ami s’était déjà levé et se rhabillait en lui lançant :

- Nous te laissons une semaine pour réfléchir à la proposition, je ne te précise bien sûr pas que nous ferons tout pour t’éliminer si tu te moques de nous !

Cette fois Gino n’hésita pas un instant et lança simplement un :

- J’accepte vos conditions ! Laissez-moi deux semaines avant de commencer ma traque et je neutraliserais vos espions sans même qu’ils se rendent compte de quoi que ce soit.


Le prince ne prit même pas la peine de se retourner et lança par-dessus son épaule en sortant de la maison dans le froid de cette matinée :

- Ravi de collaborer de nouveau avec toi alors, même si j’aurais souhaité que cela se fasse en d’autres circonstances !


Et moins d’une heure plus tard Gino commençait son programme d’entrainement afin d’être opérationnel dans les délais : il n’échouerait pas, il avait horreur d’échouer après tout.
 

_________________
Revenir en haut
Gino Weinberg
BC
BC

Hors ligne

Inscrit le: 31 Aoû 2009
Messages: 2 003
Localisation: prépare sa revanche
Masculin
Gène: naturel
Vaisseau: /
Niveau de pilote: 3
Appareil actuel: Evil/Nightmare Mörde
Poste: pilote de ms/tacticien
Grade: commandant
Lien vers présentation: URL
Lien vers hangar: URL

Posté le: Ven 4 Jan 2013 - 18:28
Sujet du message: Un bien singulier retour
Répondre en citant

Banlieue Pauvre de Stockholm, 75 jours depuis le crash de Gino

Le jeune capitane rescapé du Blue Cosmos était maintenant de retour dans son pays natal depuis plus de deux mois et avait même retrouvé sa liberté de mouvement grâce au marché passé avec son ancien meilleur ami le prince Jeremiah de Scandinavie dans la mesure où il ne quittait pas le pays avant d’avoir éliminé la cellule d’espions du Blue Cosmos infiltré dans la capitale. Grâce à la demeure et aux moyens qu’on lui avait permis d’utiliser il avait pu finir sa rééducation physique dans un temps record malheureusement bien aidé par le fait qu’il soit loin de s’agir de la première fois où il était blessé si grièvement. Parallèlement à sa mise en forme il avait commencé ses recherches quant à l’identité des espions, leurs lieux de rendez-vous, leurs habitudes et leur plan de secours. Cette tâche avait été bien évidemment bien facilité par le fait qu’il sache parfaitement pirater les services informatiques du Blue depuis sa connexion personnelle sans pour autant être repéré : le Blue ne devait en aucun cas savoir qu’il jouait contre lui de manière si ouverte.

Aujourd’hui était une journée bien particulière dans la mesure où son plan visant à redevenir libre entrait en action. Il était d’autant plus urgent d’agir qu’un évènement absolument dramatique s’était produit il y a quelques jours : une base mobile affiliée visiblement à la FNE avait ouvert le feu avec sa super arme et avait directement touchée la ville de New-York tuant au passage des centaines de milliers d’innocents… La crainte de Gino alors qu’il finissait d’escalader la façade arrière d’un immeuble était que la base ne soit pas découverte avant qu’elle n’effectue un second tir, et dans ces cas aucune ville ne serait vraiment à l’abris que cela soit Londres, Stockholm, Orb ou n’importe quelle ville majoritairement naturelle. Il termina alors son escalade quelque peu essoufflé et une fois son rythme cardiaque revenu à la normale il entreprit d’ouvrir l’étui et de monter l’arme qui se trouvait à l’intérieur soit un fusil de sniper lourd qu’il alla positionner à l’angle du bâtiment à l’arrière d’une bâche de protection dans laquelle il pratiqua un trou. Une fois tout en place il vérifia l’heure sur sa montre et alla dérouler une corde pour redescendre rapidement de l’autre côté de la bâtisse non loin du lieu où il avait garé sa voiture. Tout était prêt pour la phase une de son plan et il refit rapidement le réglage de la lunette de son arme tout en attendant l’apparition de sa cible qui devait passer par là…et à l’heure prévue la voiture de sa cible déboula sur le grand boulevard se trouvant dans l’axe de son arme. Gino réajusta sa prise sur son arme alors que ses mains gantées s’ajustaient lentement la cible qui se trouvait être le conducteur …il la laissa tranquillement avancer avant de bloquer brièvement sa respiration et de presser impitoyablement la détente. Une violente et unique détonation fendit l’air froid de cette fin de journée alors que la lourde balle fusait directement sur sa cible. Celle-ci n’eut pas le temps de souffrir alors que le pare-brise voulait en éclat juste avant la cage thoracique de l’espion, il eut même le temps de voir la balle traverser toute la voiture et se ficher dans la route alors qu’hors de contrôle elle allait s’encastrer dans un poteau d’éclairage public. Mais déjà Gino s’empressait de dévaler la façade du bâtiment en oubliant son arme portant le sigle de la ZAFT de façon à tranquillement brouiller les pistes et moins de cinq minutes plus tard il était déjà loin de la scène macabre…qui n’était que la première de prévue.

Deux jours plus tard, bar huppé du centre-ville.

La soirée s’avançait tranquillement dans ce bar huppé de la capitale scandinave où se retrouvaient des personnes très différentes : aussi bien des hommes d’affaires que des mafieux ou des couples aisés ce qui le rendait très intéressant pour les espions en tout genre. Il n’était donc guère surprenant de retrouver Gino déguisé en serveur dans ce même bar après en avoir menacé le patron de façon plus que persuasive même s’il aurait détesté mettre ses menaces à exécution. Son plan était assez simple pour une fois alors qu’il servait une énième table et qui plus est ne comportait aucun risque. Il savait de source sûre que deux des espions de la cellule de Stockholm devait s’y voir ce soir et il les avait déjà servi deux fois des bières à la table dix-huit tout en comptant qu’il se réservent une dernière fois avant de partir en faisant honneur à leur réputation de bons clients…et effectivement il commirent l’erreur en cette soirée de recommander une dernière fois à boire. Gino pu donc tranquillement leur apporter leur dernier verre dans la mesure où ceux-ci comportaient un poison d’une violence sans pareille comme il avait eu l’habitude d’en utiliser : aucun contrepoison n’avait jamais été trouvé alors qu’il n’agissait pourtant qu’au bout d’une dizaine de minutes. Pire que tout aucun symptôme autre que celui induit en temps normal par un léger abus d’alcool avant de tomber raide mort sur place… Et c’est précisément ce qui arriva, mais lorsque la police arriva sur place bien évidement Gino était déjà presque rentré dans la villa où il logeait toujours pour le moment… Il n’allait plus à avoir à patienter très longtemps, les espions allaient bientôt paniquer et il pourrait tous les éliminer en une seule action mémorable dont la simple idée fit sourire un Gino qui avait décidément bien du mal à se défaire de ses mauvaises habitudes.

C’est alors que Gino allait se coucher que l’impensable pour lui se produisit : une lumière intense s’introduisit alors par la fenêtre de sa chambre alors que la nuit était des plus noire…la lueur intense se déplaça lentement durant de longue secondes avant de s’éteindre laissant place à la lueur de flammes au loin…fort heureusement en direction opposée à la capitale. Un filet de sueur glacée coula dans le dos du naturel alors qu’il comprenait à quoi ils venaient tous d’échapper : la fameuse station mobile dont on lui avait parlé avait tenté de raser une seconde ville après New York. Pourquoi ces imbéciles avaient tenté de raser une des villes les moins actives dans cette guerre ? Peut-être pour justement les pousser à se lancer eux aussi dans la guerre et ainsi augmenter encore plus les dégâts. Il bouillait désormais d’une haine sourde et brulante mais il finit néanmoins par se coucher, pour le moment il ne pouvait rien faire et il espérait quand même que quelqu’un de compétant parviendrait à faire quelque chose…et tant pis si cela devait être Stellar ou ces handicapés mentaux de l’Archangel et Eternal…

 

_________________
Revenir en haut
Gino Weinberg
BC
BC

Hors ligne

Inscrit le: 31 Aoû 2009
Messages: 2 003
Localisation: prépare sa revanche
Masculin
Gène: naturel
Vaisseau: /
Niveau de pilote: 3
Appareil actuel: Evil/Nightmare Mörde
Poste: pilote de ms/tacticien
Grade: commandant
Lien vers présentation: URL
Lien vers hangar: URL

Posté le: Dim 6 Jan 2013 - 18:09
Sujet du message: Un bien singulier retour
Répondre en citant

Le lendemain après-midi. Centre-ville.

Après les évènements terrible de la veille il ne pouvait plus perdre de temps désormais et c’est tout naturellement qu’on le retrouva en train de s’introduire tel un voleur dans un appartement huppé du cinquième étage d’un immeuble de standing du quartier jouxtant les jardins du palais royal, la garde patrouillait donc régulièrement dans le secteur le poussant à redoubler de discrétion. Une fois de plus son but était des plus simples : il allait éliminer un nouveau membre de la cellule d’espionnage larvant la ville pour gagner sa liberté. Tout serait réglé dans la soirée car il avait fait de préparatif par avance et à moins d’un imprévu il remplirait son contrat. Le jeune naturel glissait comme une ombre dans les différentes pièces pour éviter des surprises ou des pièges au moment fatidique et malheureusement pour son adversaire celui-ci n’était pas très précautionneux dans la mesure où il trouva même des documents susceptibles de la faire accuser d’espionnage même si sa condamnation à mort avait déjà été rendue et qu’il se trouvait être le bourreau.

Finalement de manière plutôt classique il choisit de se dissimuler dans la penderie de la chambre en attendant le retour de l’homme qui avait comme couverture un poste important dans une grande compagnie minière de la fédération eurasienne qui faisait des affaires avec le royaume encore riche en ressources malgré qu’on les exploita depuis fort longtemps désormais. Ayant voulu prendre des précautions il dû attendre plus d’une heure que la porte d’entrée s’ouvre et tous ses sens à l’affut il entendit la cible avancer lentement, refermer la porte puis se rendre dans la pièce principale pour se servir à boire. Gino profitant de la pénombre de la chambre commença à se glisser hors de sa cachette en silence alors que deux lames glissaient lentement depuis ses manches directement dans ses mains aussi naturellement que sa formation lui permettait. Il entendit le bruit d’une télévision qu’on allume et un bref coup de miroir au coin de la porte lui montra que sa cible tenait un téléphone maintenant qu’il était assis dans son canapé. Gino se glissa alors telle une panthère juste derrière celui-ci sans être vu alors qu’une conversation débutait.

- Allo, oui c’est moi : j’ai confirmation qu’Herbert et Johnson ont été empoisonnés. Visiblement on a été repéré : il faut qu’on agisse.

La cible se tut alors que son interlocuteur, visiblement un autre membre de la cellule, semblait lui répondre et qu’il hochait lentement à la tête de temps à autre.

- Oui on n’a pas le choix si ça continue on devra appliquer le plan de secours…


C’est à ce moment précis que Gino se releva et en une fraction de seconde il fit glisser le fil de sa lame sur la gorge de l’espion du Blue Cosmos qui tenta de crier sans succès et il bascula lentement sur la côté dans un flot de sang alors qu’il lâchait le portable d’où s’élevait une voix inquiète. C’est un avec un sourire amusé que Gino le rattrapa au vol avant de le porter à son oreille de lancer :

- Désolé le correspondant que vous avez demandé ne sera plus disponible à l’avenir, il vient de repeindre le plancher. Au plaisir de vous rencontrer bientôt.


Mais déjà le correspondant effrayé avait raccroché et Gino lâcha le portable qui glissa lentement encore ses doigts ganté alors qu’il essuyait lentement la lame dont il s’était servi sur le tissu du canapé. Il s’empressa alors de quitter tranquillement l’appartement comme si de rien n’était en empruntant cette fois les clés du propriétaire dont il se débarrassa dans une bouche d’égout une fois dehors. Il s’empressa alors de de disparaitre dans la nuit qui tombait, il devait se hâter s’il ne voulait pas être en retard à son rendez-vous.

Entrepôts de la zone portuaire civile.

Gino arriva comme il l’avait planifié avec un peu d’avance sur le premier des fuyards : en effet cela faisait un moment désormais qu’il connaissait le plan de fuite des espions et il avait ainsi pu les devancer. Il n’était pas dur pour lui de trouver un des seuls lieux où ils avaient pu cacher un sous-marin de poche de manière à traverser discrètement la Baltique en cas de souci. Gino ne pouvait s’empêcher d’être amusé par le côté préjudiciable de la paperasse en général…sans les inventaires qu’il avait consultés il n’aurait pas pensé à la voie maritime mais plutôt à la voie aérienne.
Le fourbe capitaine du Blue Cosmos regardait tranquillement ses comparses piégés arriver un par un avec d’infime précautions et armés depuis un toit à l’aide de binoculaires de nuit…cette phase de l’opération était largement la plus simple et la moins risquée. En effet Gino était déjà entré dans le grand hangar aux murs épais et en avait fait le tour notamment en constatant que le sous-marin était bien dissimulé dans un quai situé au sous-sol…et pour être tranquille il avait bien miné l’ensemble de la structure avec soin en certains points clés…
Il attendit que la dernière de ses cibles soit arrivée et il sortit lentement de sa poche le détonateur qui gardait précieusement depuis quelques jours. Il rabattit le capuchon de protection d’un coup d’index amusé avant de poser son pouce sur le bouton et d’appuyer sans attendre sur celui-ci. L’effet fut instantané et des jets de flammes jaillirent par les fenêtres pourtant obstruées par des volets métalliques qui s’envolèrent sous la pression et soudain toute la structure d’effondra sur elle-même bien droite comme l’aurait fait un professionnel de la démolition. Entre l’explosion et les tonnes de gravats et de poutrelles métalliques il n’y avait aucune chance qu’un des espions soit retrouvé en vie. De toute manière avec une telle découvertes la police comprendrait assez vite ce qui s’était passé, mais de là à le retrouver lui : aucune chance vu qu’il serait déjà parti du pays. Il rejoignit tranquillement son véhicule stationné dans une ruelle non loin de là tout en sortant son portable pour y envoyer un bref message à son commanditaire et ancien ami et qui tenait en deux mots simples et compréhensibles par tous : « Cibles neutralisées ». Restait à voir désormais si les Scandinaves étaient suffisamment joueurs pour avoir le cran de remettre quelqu’un comme lui en liberté…
 

_________________
Revenir en haut
Gino Weinberg
BC
BC

Hors ligne

Inscrit le: 31 Aoû 2009
Messages: 2 003
Localisation: prépare sa revanche
Masculin
Gène: naturel
Vaisseau: /
Niveau de pilote: 3
Appareil actuel: Evil/Nightmare Mörde
Poste: pilote de ms/tacticien
Grade: commandant
Lien vers présentation: URL
Lien vers hangar: URL

Posté le: Mer 9 Jan 2013 - 18:49
Sujet du message: Un bien singulier retour
Répondre en citant

Port de Rotterdam, Trois semaine plus tard.

Une fine bruine tombait sur le vaste port Néerlandais qui servait de point de transit important entre les deux plus gros membres de l’alliance terrestre même si ce statut était désormais contestable pour la fédération eurasienne qui avait été amputée d’une partie de son territoire après la grande offensive de ZAFT quelques mois auparavant qui n’avait été stoppé que de justesse avec l’aide de toutes les forces disponibles aux alentours de Paris, l’ancienne capitale culturelle n’étant après ça plus que l’ombre d’elle-même. Il était assez incroyable qu’autant de destructions ne parvienne pas à enrayer la furie ravageuse de l’homme : Héliopolis, Paris, New-York, Orb…tant de villes et de vies avaient été perdues ou brisées. Aussi étrangement que cela puisse paraitre c’est un des hommes d’équipage d’un tanker en provenance de Malmö qui se faisait ce genre de réflexions, mais il n’était pas un marin comme les autres. Sous sa barbe non rasée depuis presque deux semaines en effet se trouvait le capitaine miraculé du Blue Cosmos Gino Weinberg qui avait retrouvé sa liberté comme promis par les instances Scandinaves en échange de ses services. L’extradition par navire n’était pas la plus rapide et de loin mais permettait au jeune homme de monter assez facilement son histoire d’évasion sans pour autant attiser les soupçons de connivence avec une des nations les plus brumeuses de l’échiquier politique.

La vie à bord du navire qui transportait majoritaire du minerai de fer et de nickel était d’un ennui incroyable et il n’était pas fâché de quitter le bord aujourd’hui malgré le fait qu’il ait toujours été attaché au milieu marin. En effet le lourd bâtiments marchand remontait désormais dans la grande zone portuaire située à l’embouchure du Rhin pour aller s’amarrer à un des gigantesque quais qui couvraient la zone sur des hectares entiers…à perte de vue un assemblage de béton et de grues en aciers telle une tumeur dans un pays calme et intéressant à parcourir si tenté qu’il en ai le temps à nouveau un jour… Pour le moment il se dépêcha de descendre du navire dès que la passerelle de l’équipage fut installée et il se dirigea directement vers une patrouille de soldats qui gardaient le port afin de se signaler à eux. Au départ bien sûr les deux soldats ne voulurent pas le croire et commencèrent même à s’énerver mais l’un d’eux peut-être plus prudent que son camarade pris néanmoins le temps de vérifier si la matricule que leur donnait Gino existait réellement. Quelle ne fut pas leur surprise de constater que cet homme mal rasé et mal habillé soit un officier de leur propre camp : heureusement pour eux Gino était de bonne humeur et il accepta leur excuse tout en demandant à avoir un chauffeur pour le mener à la base la plus proche pour s’occuper des formalités propres à son retour dans l’armée et à son »évasion » depuis la Scandinavie.

Il ne resta guère longtemps dans la base non plus car dès que l’information fut remonté à ses supérieurs quant à sa survie inespéré il fut sommé de raconter le moins de choses possible aux soldats de la fédération eurasienne comme toujours et de garder ses information pour son retour dans une base sous contrôle du Blue Cosmos. Il eut quand même droit à un examen médical à l’hôpital de la base de manière préventive au cas où il on lui aurait inoculé quelque chose ou implanté un mouchard mais ce n’était pas le cas puisque Gino lui-même devait être le mouchard d’après le plan…

Moins de quarante-huit heure après son arrivée à Rotterdam il se trouvait déjà confortablement assis dans un jet du Blue Cosmos à destination de la base de Heaven où on l’attendait de pied ferme. Néanmoins Gino avait une grande confiance en lui : il ne doutait pas qu’il parviendrait à tout expliquer sans se trahir et qu’il pourrait rapidement retrouver une place stratégique dans la machine de guerre essoufflée qu’était l’armée atlantique. Malgré tout, bien qu’elle ait toujours été l’armée la plus impactée au niveau des pertes, elle bénéficiait d’une telle capacité de réserve par rapport à ses principaux ennemis que rien n’était perdu et la fin de la base baptisé Messiah durant la nuit précédente ne pouvait que leur être favorable. Il aurait surement pensé la même chose de la mort de Patrick Zala, un homme qu’il admirait malgré son statut d’ennemi pour sa capacité à galvaniser le peuple coordinateur dans cette guerre impitoyable, mais l’information de sa mort n’était pas encore connue à cet instant précis sur Terre. C’est ainsi qu’une fois qu’il eut fait rapidement le tour de ses différents projets en cours avant son crash via son accès sécurisé au réseau que lui permettait le terminal de bord, il se laissa tranquillement aller à prendre un repos bien mérité après ces jours d’insomnie à bord du vieux rafiot bruyant et exigu. A plusieurs centaines de kilomètres de là par contre, le regard perdu à travers une des baie vitrée de son palais, un prince restait songeur quant au risque qu’il avait pris en laissant partir Gino…l’avenir lui donnerait-elle raison ou avait-il précipité la chute de son propre pays ?
 


=> Vers http://gundamneogeneration.xooit.com/t1325-A-la-crois-du-destin.htm#p27845
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






Posté le: Aujourd’hui à 08:57
Sujet du message: Un bien singulier retour

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
   Gundam Neo Generation -> Royaume de Scandinavie Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1

 
Sauter vers: