:: Maudits pirates ! ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Gundam Neo Generation -> Europe
 
Karl T. Lindemann
CTA
CTA

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juil 2012
Messages: 5
Localisation: Allemagne
Masculin
Gène: Naturel
Vaisseau: Friedrich III
Niveau de pilote: 1
Appareil actuel: Gernsback
Poste: Capitaine
Grade: Capitaine
Lien vers présentation: URL
Lien vers hangar: URL

Posté le: Sam 15 Sep 2012 - 20:17
Sujet du message: Maudits pirates !
Répondre en citant

Cela faisait maintenant quelques années que Karl avait été promu capitaine. Celui-ci commanda pendant une longue période un bâtiment de guerre répondant au nom de : SMS König. Ce navire est équipé de trois tourelles en son centre. Deux tourelles à triple canons classiques, chacune respectivement devant et derrière le poste de commande. Au dessus, un peu décalé par rapport à la première, se trouve une tourelle à double canons. Il reste donc une tourelle à canon simple à la proue et à la poupe du navire. Celui-ci comporte également de quelques lanceurs de missiles ainsi que des Ciws. Ce navire est de classe cuirassé et fait partie de la Ve division de la IIIe escadre de bataille de la marine Allemande. Karl est donc sous les ordres de l'Amiral Alfred von Walfredsee siégeant sur l'un des portes avions de l'Allemagne. Cette division fut envoyée par la CTA afin de combattre des pirates Lybiens attaquant leurs convois de transports.
Son histoire commença donc sur la mer Méditerranéenne sur le SMS König avec la IIIe escadre de la marine Allemande sous les ordres de l'Amiral Alfred von Walfredsee.

En ce premier jour de mission, la flotte venait à peine de recevoir ses ordres de mission. Elle se suivait un convois en gardant de bonnes distances. Le soleil était à son Zénith. Cela faisait quelques heures que Karl s'était levé. Il s'était occupé, après un bref rafraîchissement, de feuilleter les quelques rapports qui lui avaient été confié. Il profita également de ce temps afin de lire ce qu'il avait écrit la veille dans le journal de bord du König. Une fois bien réveillé et après avoir ingurgité une grosse quantité de café, il empoigna sa canne avec fermeté, pris sa tasse de café de nouveau remplie et sortit de sa cabine. Tous pouvaient reconnaître l'approche de leur capitaine rien qu'à l'ouïe. Lorsqu'il se déplaçait, il émanait du capitaine Lindermann un cliquetis de métal. Notamment créé par l'armature entourant son genou ainsi que par le bout métallique de sa canne qui s’abattait lourdement sur le sol à chaque pas. D'un regard d'acier, il fixait toujours l'horizon et n'adressait à ses soldats qu'un bref signe de tête pour guise de salutation. Avant d'atteindre la passerelle, il passa devant une porte ouverte d'où émanait un puissant brouhaha recouvrant le sien. De part ce bruit, la vigie ne se rendit point de compte de l'approche de son capitaine et il fut trop tard. Des marins étaient en train de faire une partie de carte et semblaient s’enivrer de schnaps. La vigie, une fois le capitaine remarqué, se mit au garde à vous. Karl rentra alors dans la pièce et s'avança légèrement. Les rires continuèrent jusqu'à ce que tous virent le capitaine. D'un coup ils s'arrêtèrent et se levèrent tous saluant leur supérieur. Il les regarda tous dans les yeux, balayant l'assemblée de son regard d'acier. Il frappa une fois le sol avec sa canne dont le tintement résonna dans la pièce pendant longtemps. Avant que celui-ci ne soit fini, tous se dirigèrent vers la porte, se bousculant sans une fois frôler le capitaine Lindemann. Lorsque l'écho s'estompa, Karl prit la parole.


- STOP ! Tous ceux qui sont sortis, vous êtes de corvée patate. Allez voir le maître-queux.

Pendant que les soldats s'exécutèrent, se dirigeant tous vers la droite afin de rejoindre la cantine, Karl réfléchit sur la sanction qu'il réserverait aux autres.

- Je te l'avais dit que c'était une mauvaise idée !

- Arrête, tu t'es bien amusé, viens pas nous les briser.

- Façon, ça aurait pu être pire. Il est de bonne humeur aujourd'hui.

Une fois que tous furent parti et que le calme revint, Karl reprit alors la parole.

- Bien, quant à vous... Vous allez me récurer cette pièce. Je veux qu'elle brille ! Si ce n'est pas le cas, je demanderais à vos camarades de la salir une seconde fois pour que vous vous y mettiez sérieusement. Après ça vous irez rejoindre l'autre groupe pour nettoyez le pont.

Il sortit de cette pièce pendant que ces soldats le saluèrent. Le trouveraient-ils cruel ? Être une ordure ? Possible mais il est l'un des rares qui leur aurait donné une faible sanction qui a pour but de remettre un peu de discipline. Du Scnaps à cette heure-ci se disait-il, s'était honteux.

Après avoir parcouru les derniers couloirs qui le séparaient de la passerelle, il arriva enfin à cette dernière avec son café tiède. Et comme-ci le bruit produit par sa canne ne suffisait pas, l'un des soldats en garde annonça son arrivée.

- Officier sur le pont !

Tous se mirent aux garde à vous et n'attendirent qu'une chose avant de se remettre à leur travail.

- Repos. Rapport sur la situation.

Son second vint se tenir près de lui et lui donna le temps de rejoindre son fauteuil de commandement. Il huma alors son café avant d'en boire une gorgée. Son second, Sven Maalz était plus âgé. Il avait dans la quarantaine, cheveux courts rasé sur les côtés et plaqué vers la droite sur le dessus. Légèrement grisonnant, il arborait une très légère barbe contournant sa bouche.

- Rien à signaler Monsieur. La flotte continue son avance vers le convois et l'Amiral est en contact avec l'état-major.

Il but une seconde gorgée de café avant d'inviter son second à prendre congé afin de se reposer un peu. Bien que celui-ci refusa en premier lieu, il fut obligé de le faire après que Karl lui en ai donné l'ordre.

Quelques heures se passèrent sur les océans et rien ne changea. Le König était au calme. Soudain l'un des opérateurs de la passerelle pouffa légèrement de rire. Il se retint de rire plus lorsqu'il sentit le regard du capitaine se braquer sur lui.

- Sergent, pouvez-vous, nous expliquer la raison de cette hilarité ?!

Le soldat en question devint rouge, gêner par la situation. Il se leva alors, se tint droit comme un I et s'expliqua.


- Veillez m'excuser mon capitaine, c'est que je viens de remarquer un débarquement de soldat sur le pont, équipés de seaux et de brosses.

- Cela vous fait rire soldat ? Voudriez-vous rejoindre la nouvelle équipe de techniciens de surface ?

- Non non monsieur ! Veillez m'excuser.

- Bien, retournez à vos écrans.

Les autres membres de la passerelle se retinrent eux aussi de rire. Comprenant la raison pour laquelle ce soldat avait perturbé le silence de la passerelle, Karl se leva et observa depuis la nacelle extérieur se trouvant devant la passerelle de commandement, les soldats se chamaillant pour le nettoyage du pont. Lorsqu'il fut dehors, masquant son léger sourire, les opérateurs eux en profitèrent pour rire du spectacle.


Au bout de quelques minutes, il revint accompagné du bruit métallique de son pas généré une fois sur deux lorsqu'il se déplace. Il se rassit alors sur son siège et respira grandement, tout en fermant les yeux. La symphonie produite par les instruments de bord fut interrompue par un appel.


- Capitaine, l'Amiral est en ligne.

Il décrocha le téléphone se trouvant sur le repose bras de son fauteuil. La voix grave et austère de l'Amiral se fit directement entendre.


// Capitaine Lindemann, il y a un changement d'ordre. Nous rentrons à la base, la protection du convois a fonctionné. //

// Mais monsieur, ils n'ont pas attaqué pour l'instant mais peut-être qu'ils vont agir. Et même si ils nous ont repéré aujourd'hui, ils peuvent toujours recommencer sur un autre convois. //

// Ce n'est plus de notre ressort capitaine ! Les autres convois seront protégé par une autre flotte. Nous partons, vous et les destroyers FGS Brandenburg et FGS Wörth formerez l'arrière garde. Walfredsee terminé. //


Il remit le téléphone à sa place et joint ses mains. Ils allaient faire une bêtise, il le savait. Il attendit un moment avant de donner ses ordres.

- Arrêtez les machines, nous serons l'arrière garde. Nous rentrons.

Le personnel de la passerelle ne comprit rien sur le moment, ils ne savaient pas si c'était une blague, bien que leur capitaine ne semblait en faire que rarement.


- Exécution ! Dit-il avec fermeté.

Après un bref sursaut, il s'exécutèrent tous. L'ordre parvint à la salle des machines et le barreur exerça son savoir afin d'être parallèle à l'axe de la flotte qui partait déjà à tribord. Ils n'attendaient plus que la présence des deux autres bateaux afin de suivre le reste de la flotte.
Revenir en haut
Publicité






Posté le: Sam 15 Sep 2012 - 20:17
Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
   Gundam Neo Generation -> Europe Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1

 
Sauter vers: